Tunisie: Trois militaires sont morts  | AFP, militaires tunisiens, opération terroriste, Belhassen Oueslati, Kef
Tunisie: Trois militaires sont morts Imprimer
AFP   

Tunisie: Trois militaires sont morts  | AFP, militaires tunisiens, opération terroriste, Belhassen Oueslati, KefQuatre militaires tunisiens ont péri mercredi dans une attaque contre leur bus dans le nord-ouest de la Tunisie, a annoncé le ministère de la Défense à l'AFP, en évoquant une "opération terroriste".

Un premier bilan faisait état de trois soldats tués, mais un quatrième, grièvement atteint, a succombé à ses blessures, a déclaré le porte-parole du ministère, Belhassen Oueslati.

Onze militaires ont également été blessés, dont un se trouve dans un état grave. Aucun civil n'était à bord du bus, alors que M. Oueslati avait dans un premier temps indiqué que des membres des familles des soldats étaient dans le véhicule.

"Deux hommes armés se sont approchés du bus qui transportait les militaires et ont tiré. Trois éléments d'escorte qui se trouvaient à bord du bus ont riposté, les empêchant d'achever leur opération", a affirmé M. Oueslati.

Les forces armées pourchassent actuellement les assaillants, a-t-il ajouté, en évoquant "une opération terroriste".

L'attaque s'est produite au niveau de Nebeur, entre les villes du Kef et de Jendouba, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière algérienne, selon M. Oueslati.

Certains des soldats partaient en permission, d'autres en rentraient, selon le porte-parole de la Défense.

L'autocar sert d'habitude à transporter les soldats et leurs familles mais seuls des militaires s'y trouvaient au moment de l'attaque, a-t-il précisé.

Les forces armées traquent depuis la fin 2012 des combattants jihadistes à la frontière algérienne, en particulier dans la région du Mont Châambi (centre-ouest).

En juillet, 15 soldats ont été tués sur ce mont par un groupe de 40 à 60 "terroristes" selon les autorités, le pire assaut du genre de l'histoire de l'armée.

Les autorités tunisiennes ont à plusieurs reprises ces derniers mois dit craindre des attaques alors que le pays vient d'organiser le 26 octobre des élections législatives et s'apprête à tenir une présidentielle le 23 novembre. Les autorités reconnaissent toutefois que cette lutte va "prendre du temps".

 


 

AFP

6/11/2014