Tunis: les forces de l’ordre dament le pion aux terroristes | babelmed,arts et spectacles méditerranée,
culture et société méditerranée,
culture méditerranéenne,
différence culture méditerranée,
dossier femmes méditerranée,
dossier jeunes méditerranée,
dossier monde arabe méditerranée,
dossier reportage méditerranée,
langue différence méditerranée,livres,voyage,syrie
Tunis: les forces de l’ordre dament le pion aux terroristes Imprimer
Ben Salah   

Tunis: les forces de l’ordre dament le pion aux terroristes | A la veille des élections que la Tunisie s’apprête à vivre, la police tunisienne multiplie les victoires contre le terrorisme. Il est bien révolu le temps où les terroristes – jouissant de complicités en haut lieu - avaient le dessus. En plus, le Tunisien est sorti de sa neutralité. La police du pays n’est plus celle de la dictature, malgré tout. Les citoyens la soutiennent et l’informent de tout ce qui peut sembler suspect.

La police ne cesse de prouver son efficacité opérationnelle. Elle est visiblement mieux équipée et ses services de Renseignements sont devenus hautement performants. Mercredi, 22 octobre, elle déjoue une opération terroriste qui était sur le point d’avoir lieu à Kébili. Très vite, on découvre que ce groupe est en relation avec un autre près de Tunis. Sur les hauteurs du Kef, à la frontière algérienne, une mine explose mais sans faire de dégâts.

A Oued Ellil, près de la Manouba, dans la banlieue de Tunis, des terroristes retranchés dans une maison résistent aux forces de l’ordre (police, garde-nationale soutenues par les forces d’élite de l’armée). Un agent de la garde nationale (gendarmerie), le sergent Achref Ben Aziza, âgé de 23 est tué. Les terroristes utilisent des boucliers humains : leurs propres enfants de moins de trois ans.

Tunis: les forces de l’ordre dament le pion aux terroristes | Parfois reproche est fait aux forces de l’ordre de ne pas avoir écrasé l’infâme. Vendredi, 24 octobre, en fin de matinée, elles sont obligées de donner l’assaut. Bilan 5 terroristes liquidés dont 4 femmes, elles aussi armées de kalachnikov. Cela donne tout de suite des scènes de liesse à Oued Ellil et à Tunis. Le soulagement est grand. C’est une victoire. Un regain de nationalisme s’est emparé du pays. Journalistes, syndicalistes, jeunes sont mobilisés. « Dimanche nous leur répondrons en allant voter ». Jamais les Tunisiens n’ont autant aimé leur pays. Jamais le terrorisme n’a été désavoué avec autant de vigueur.

Il reste à espérer que le vote des Tunisiens n’ira pas vers ceux qui se sont montrés tolérants avec le terrorisme.

 


 

 Ben Salah
25/10/2014
 
 
 
 
 
 
 
 

mots-clés: