La stratégie des mouvements | Gustave Massiah, forums sociaux mondiaux, FSM, CRID
La stratégie des mouvements Imprimer
Gustave Massiah   

De nombreuses propositions immédiates qui ont été avancées dans le Forums

depuis dix ans. Par exemple : la suppression des paradis fiscaux et

juridiques ; la taxe sur les transactions financières ; la séparation des

banques de dépôts et des banques d¹affaires ; la socialisation du secteur

financier ; l’interdiction des marchés financiers dérivés ; les

redistributions de revenus ; la protection sociale universelle ; etc. Ces

propositions ne sont pas révolutionnaires en elle-même. Elles sont reprises

aujourd¹hui par des économistes de l¹establishement et même par certains

gouvernements. Mais ces déclarations ne sont pas suivies d’effet car elles

nécessitent une rupture avec le dogme néolibéral et la dictature des marchés

financiers. Et ce sont toujours ces forces qui sont dominantes et qui

n¹accepteront pas, sans affrontements, de renoncer à leurs gigantesques

privilèges. Dans le FSM la question posée est de mener les mobilisations à

la hauteur des enjeux.

Une orientation alternative s’est dégagée dans les forums sociaux mondiaux.

On peut organiser chaque société et le monde autrement que par la logique

dominante de la subordination au marché mondial des capitaux. On peut

organiser chaque société et le monde à partir de l¹accès aux droits pour

tous et de l¹égalité des droits, du local au planétaire. Les mouvements

sociaux préconisent une rupture, celle de la transition sociale, écologique

et démocratique. Ils mettent en avant de nouvelles conceptions, de nouvelles

manières de produire et de consommer. Citons : les biens communs et les

nouvelles formes de propriété, le contrôle de la finance, le buen-vivir et

la prospérité sans croissance, la réinvention de la démocratie, les

responsabilités communes et différenciées, les services publics fondés sur

les droits, etc. Cette rupture est engagée dès aujourd¹hui à travers les

luttes, car la créativité naît des résistances, et des pratiques concrètes

d¹émancipation qui, du niveau local au niveau global, préfigurent les

alternatives

Entre la question de l¹urgence, celle de la dictature du réalisme, et celle

de la transformation structurelle, les mouvements sont confrontés à la

nécessité de définir une nouvelle pensée stratégique. D¹autant que les

mouvements sont confrontés à la question très difficile des nouvelles

stratégies militaires, celle de la guerre sans fin et de la déstabilisation

systématique.

 

 

 

*Gustave Massiah est représentant du CRID au Conseil International du FSM