La 49 Semana Internacional de Cine de Valladolid (49ème Semaine Internationale du Cinéma de Valladolid) | babelmed
La 49 Semana Internacional de Cine de Valladolid (49ème Semaine Internationale du Cinéma de Valladolid) Imprimer
babelmed   
  La 49 Semana Internacional de Cine de Valladolid (49ème Semaine Internationale du Cinéma de Valladolid) | babelmed La 49e édition du célèbre festival castillan se déroulera en cette fin d’octobre à Valladolid. A l’affiche une vingtaine de long-métrages récents, en concours et hors concours, une section dédiée aux courts-métrages, une sélection de la production cinématographique espagnole des années 2003 et 2004, une section de films documentaires (Time of history).
Parmi les films espagnols en concours, quatre en tout, le film Maria Querida de José Luis Garcia Sanchez.
La section «Cinéma espagnol 2003 - 2004» présentera, quant à elle, les œuvres récentes des cinéastes Carlos Saura, Vincente Aranda, Pedro Almodovar, Ignacio Vilar Miguel Albaladejo Manuel Gómez Pereira Manuel Martín Cuenca Vicente Peñarrocha, Felipe Vega, Manuel Fernández García, Gerardo Herrero, Paco Plaza, Gracia Querejeta.
Côté hommages, le cinéaste israélien Amos Gitai sera à l’honneur cette année. Une exposition, «Amos Gitai: Itinerarios», retracera son travail de cinéaste à travers 36 photographies en grand format réalisées à partir de ses films. Il s’agit d’une exposition qui avait été présentée il y a un an au Centre Pompidou de Paris et qui est proposée au public espagnol qui pourra voir également les derniers films du cinéaste, peu connus en Espagne, tels que Kedma ou Kadosh.
Parmi les autres hommages, un «Focus sur la Suisse», en collaboration avec le Swiss Film Center, présentera une série de productions suisses peu diffusées en Espagne et une autre section présentera le cinéma chinois «de la 6ème génération», celui des années 1990, avec une dizaine de films réalisées par des jeunes réalisateurs.
Le film français champion du box-office Les Choristes de Christophe Barratier sera projeté en ouverture du festival. Antonia Nain
mots-clés: