Intervention militaire israélienne meurtrière au large de Gaza | babelmed
Intervention militaire israélienne meurtrière au large de Gaza Imprimer
babelmed   
Une flotille, partie de Chypre, avec à son bord une centaine de militants pro-palestiniens et des vivres, se dirigeait vers Gaza quand la marine israélienne l’a attaquée en eaux internationales, dans la nuit du 30 au 31 mai. 3 patrouilleurs israéliens qui avaient quitté le port de Haïfa ont ainsi intercepté les embarcations avec la violence qui s’en est suivie.
Intervention militaire israélienne meurtrière au large de Gaza | babelmed
AP/Hatem Moussa

La bande de Gaza subit un blocus inhumain de la part d’Israël depuis que Hamas, élu en 2007, la gouverne. La ONG turque de défense des droits de l’homme qui organisait l’opération navale a fait part d’un bilan de 15 victimes, pour la plupart turques. Selon un correspondant d'Al-Jazira à Jérusalem, 2 militaires israéliens auraient également été blessés dans le raid.

Le gouvernement israélien, qui reconnait une dizaine de victimes, regrette qu’il y ait eu des victimes mais accuse les militants de s’être violemment opposés aux militaires lors de l’intervention. Cependant, une fois de plus, devant le déséquilibre des forces en présences, la version israélienne est peu crédible :"Des centaines de soldats israéliens attaquent la flottille, et le capitaine de notre bateau est grièvement blessé", s’est exclamé le correspondant d'Al-Jazira, Abbas Nasser, avant que ne soit brutalement interrompue la communication avec la chaîne qatarie.

C’est précisément du Qatar où il se trouve pour une réunion du Forum économique mondial que le ministre de l'industrie et du commerce israélien, Binyamin Ben Eliezer, a tenté de justifier l’attaque d’Israël: “On attendait nos soldats avec des hâches et des couteaux…”, en ajoutant que les militants pro-palestiniens auraient tenté de “désarmer” les militaires israéliens, ce qui aurait fait précipiter la situation qui a dégénéré.

Ismaïl Haniyeh, chef du gouvernement du Hamas à Gaza, a dénoncé une "attaque barbare" contre la flottille, tandis que Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, a qualifié le raid de "massacre" et décrété 3 jours de deuil dans les territoires palestiniens. La direction palestinienne devrait se réunir ce lundi à 18 heures locales.

Face aux victimes (pour la plupart turques) du raid israélien, le ministère des affaires étrangères turc condamne “ces pratiques inhumaines d'Israël”, et précise :“Cet incident déplorable, qui a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale, peut entraîner des conséquences irréparables sur nos relations bilatérales".

De nombreux Etats européens ont qualifié l’attaque israélienne de “disproportionnée” et convoqué leur ambassadeur israélien. L'Union européenne a demandé une "enquête complète" sur l’incident. Washington s'est pour le moment contenté de regretter les victimes. Pourtant une fois encore, il se pourrait bien que le gouvernement israélien, qui a agi en dépit du droit International, reste impuni.

(31/05/2010)



mots-clés: