Des soldats israéliens se parent de leur déshonneur | Daikha Dridi
Des soldats israéliens se parent de leur déshonneur Imprimer
Daikha Dridi   
Des soldats israéliens se parent de leur déshonneur | Daikha DridiIl est un phénomène de plus en plus populaire parmi les soldats qui aiment à s'attribuer le titre d'appartenance à "l'armée la plus morale du monde". Celui de porter des t-shirts spécialement fabriqués pour eux. Du sur mesure. Ils pensent à un dessin et à une formule, demandent à un camarade qui sait dessiner de faire un croquis qu'ils emmènent pour impression sur des t-shirts que des bataillons entiers commandent. C'est ce que rapporte le quotidien israélien Haaretz dans un long article publié le 20 mars 2009. Le contenu de ce qui est imprimé sur les t-shirts dans lesquels paradent les soldats israéliens varie selon les inspirations. Voici quelques exemples cités par Haaretz :
- Le dessin d'un bébé palestinien tué, à ses côtés un nounours et sa mère en sanglots. Accompagné par ce commentaire: "Better use Durex" (Tu ferais mieux d'utiliser Durex (marque de préservatif, ndlr).
-Le dessin d'une Palestinienne enceinte, une cible visant son ventre. Accompagné du slogan: "1 shot 2 kills" (Un coup, 2 morts).
-Le dessin d'un bébé palestinien qui grandit, devient un "garçon combatif" puis un "adulte armé". Accompagné du commentaire: "Peu importe comment ça commence, nous y mettrons fin".
-Le dessin d'un soldat israélien posant à côté d'une jeune femme battue, couverte d'hématomes, souligné par l'inscription: "Je parie que t'as été violée".
Haaretz souligne également que "certains dessins font référence à des pratiques dont l'armée israélienne a officiellement dénié qu'elles avaient cours parmi ses hommes, comme la pratique qui est appelée: "certifier le meurtre" et consistant à tirer à bout portant en visant la tête de l'ennemi pour s'assurer qu'il est bel et bien mort".
Cette mode du t-shirt glorifiant le racisme, la cruauté et la veulerie n'est en fait pas nouvelle parmi les militaires israéliens. Certains slogans comme celui-ci : "Que chaque mère arabe sache que le sort de son fils est entre mes mains" avaient été interdits en 2007 mais font leur réapparition cette semaine sur des douzaines de t-shirts, vestes et pantalons.
"Beaucoup de t-shirts controversés ont été commandés par les diplômés des classes de snipers", explique encore Haaretz qui recense quelques chef-d'œuvres, parmi lesquels:
-Le dessin d'un Palestinien au centre d'une cible commenté par: "Tout est fait avec la meilleure des intentions".
-L'image d'un enfant accompagnée par le commentaire: "Plus c'est petit, plus c'est dur". A ce propos le journaliste de Haaretz interroge un sniper sur la signification d'un tel dessin et ce dernier répond: "C'est un enfant, donc c'est un peu plus problématique, moralement, mais aussi parce que la cible est plus petite."
-Le dessin d'un garçon qui s'enfuit commenté par: "Te fatigue pas à courir, tu mourras exténué".
-Le dessin d'un soldat israélien violant une fille sous lequel la mention: "Pas de vierges, pas d'attaques terroristes".
Aussi révulsant qu'ils puissent sembler, les t-shirts de ces militaires israéliens n'en sont pas moins fascinants. L'ivresse, devenue incontrôlable, du plus fort écrasant le plus faible et s'en délectant y est exprimée aussi ouvertement que le désir obsessionnel d'extermination de toute graine de vie palestinienne.


Daikha Dridi
(28/03/2003)



mots-clés: