La «petite» histoire méditerranéenne de Saint Exupéry | babelmed
La «petite» histoire méditerranéenne de Saint Exupéry Imprimer
babelmed   
 
La «petite» histoire méditerranéenne de Saint Exupéry | babelmed
Cette information venue de l’Afp et reproduite dans son édition de mercredi par le quotidien régional «La Provence » parle de la Grande histoire, celle de la guerre, et d’un résistant très particulier qui refusait et Vichy et la résistance gaulliste, un pilote de l’aviation, qui était parti le 31 juillet 1944 pour une mission de reconnaissance entre la Corse et le continent.

Et puis, il y a l’autre histoire, celle que l’œuvre de Saint Exupéry a su exprimer avec la plus haute poésie, pour les adultes «quand ils étaient enfants». Elle ressemble à un des chapitres rêveurs du «Petit Prince». C’est l’histoire d’un pécheur marseillais, Jean Claude Bianco, qui ramena après une journée de pêche, il y a 5 ans, une gourmette.
La «petite» histoire méditerranéenne de Saint Exupéry | babelmed
Le 17 septembre 1998, en remontant les filets dans la rade de Marseille, Jean Claude Bianco, lit gravé sur un bracelet d’argent l’inscription «Antoine de Saint Exupéry (Consuelo) –c/o Reynal and Hitchock Inc. 386 4th Avenue NY City».
Consuelo était l’épouse Salvadorienne de Saint Exupéry, rencontrée en Argentine alors qu’il était directeur de l’aéropostale argentine, le bijou lui aurait été offert par son éditeur américain, Curtice Hitchcock.

Le pécheur croit au miracle: «la mer est grande, une gourmette si petite, c’est miraculeux!» déclare-il quelques jours après la découverte. Le site de la provence.com exploite la trouvaille comme une autre merveille cachée de la cité phocéenne «A Marseille, cette ville constamment étonnante depuis vingt-six siècles, on continue de découvrir ou de chercher des secrets d’importance majeure».

La découverte du pêcheur donne lieu à des polémiques historico-sentimentales sans fin et aujourd’hui encore le site de la « Société pour l’œuvre et la mémoire de Saint-Exupéry » ne veut pas encore y croire, soulignant, qu’«aucune gourmette ne figure dans la liste des effets personnels emportés par le pilote disparu».

Pourtant, depuis la pêche prodigieuse du chalutier marseillais, beaucoup d’«adultes», ingénieurs maritimes, plongeurs professionnels sont partis à la recherche des restes de l’appareil dans la zone indiquée par le pécheur. Et il semblerait cette fois que l’immatriculation de l’avion permette d’attester la découverte. Mais là encore, l’émotion est grande. Pierre Becker, directeur de Géocéan, l’entreprise chargée des recherches par le Ministère de la Culture français raconte «J'ai eu les larmes aux yeux quand j'ai vu le numéro.»

Véritable miracle, convictions trop hâtives? Qu’importent les certitudes, un aviateur, une gourmette portant le nom de la femme aimée, un pêcheur quelques 50 ans plus tard qui la retrouve dans ses filets, l’histoire fait rêver.
La «petite» histoire méditerranéenne de Saint Exupéry | babelmed
Le Petit Prince, lui, n’a pas encore été identifié à coté de l’avion échoué au fond de la mer, Il suffit pourtant de déplacer le curseur autour du pourtour méditerranéen, sur le site officiel du «Petit Prince» pour découvrir son omniprésence à travers les traductions. «O Prenzipet» en aragonais, «Printzetxikia» en basque, «Il Piccolo Principe» en italien, «U Principellu» en corse, «Küçük Prens» en turc, «Ha- nasikh Ha Katan» en hébreu, «Al- amir al saghir» en arabe, «Lou Pichot Prince» en provençal, «O principe Piccerillo» en napolitain, «Lu Prinzipeddu» en sarde, «El lit Prinsi» en piémontais, «O Mikros Prrinkipas» en grec, «Maliot Prints» en macédonien, «Mali Princ» en bosniaque….. Il est partout autour de la Méditerranée et chacun l’a fait sien. Catherine Cornet

mots-clés: