Cinéma(s) de Palestine | babelmed
Cinéma(s) de Palestine Imprimer
babelmed   
Cinéma(s) de Palestine | babelmedLe cinéma palestinien est né dans les années 1960, au service de la lutte pour la libération menée par les militants de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Il s’en affranchit dans les années 1980 et trouve rapidement sa place dans les festivals internationaux, avec des fictions et des documentaires inscrits dans le vécu des réalités intimes et quotidiennes des Palestiniens. Avec une situation qui voit chaque jour s’éloigner la création d’un Etat palestinien, les conditions de production et de réalisation en Palestine sont difficiles et peu favorables au développement du cinéma. Pourtant, comme le montre la programmation proposée, les cinéastes palestiniens sont aujourd’hui de plus en plus nombreux, qu’ils soient Palestiniens de l’intérieur, c’est-à-dire des territoires occupés (Cisjordanie et Gaza), Palestiniens citoyens d’Israël, Palestiniens des camps de réfugiés ou Palestiniens de la diaspora. Leur cinéma défend l’existence d’un peuple, de son histoire et de sa culture, envers et contre toutes les situations de violence imposées par la colonisation depuis 60 ans. Si le but de cette programmation n’est pas de rendre compte du conflit israélo-palestinien, il n’en reste pas moins que les thèmes de l’occupation, de l’oppression et de l’exil, avec leurs répercussions sur les individus, sont présents dans la plupart des films. Un contexte particulier qui amène les réalisateurs à inventer des formes de narration où la fiction se mêle souvent aux documents d’actualité ainsi qu’aux faits réels d’une vie quotidienne constamment perturbée. Leurs films s’emparent de la réalité frontalement, mais aussi avec poésie et humour.

Cinéma(s) de Palestine | babelmedPour ce mois dédié à la Palestine, Aflam a invité plusieurs associations marseillaises à explorer le champ artistique palestinien. Les Instants vidéo présentent une sélection de vidéos art, Camayeux une exposition photo, tandis que Vidéochroniques accueille une artiste palestinienne en résidence de création. Le Mur du son assure la programmation musicale des cinés concerts et les Libraires du Sud proposent des ouvrages d’auteurs palestiniens ou liés à la Palestine. Cinéastes, plasticiens, photographes ou écrivains, les artistes palestiniens affirment avec force, à travers la diversité et la richesse de leur expression artistique, leur volonté de résister à l’effacement.

Pour plus d'informations : www.aflam.fr/
(09/05/2008)

mots-clés: