Välimeri (mer du milieu) | babelmed
Välimeri (mer du milieu) Imprimer
babelmed   
Välimeri (mer du milieu) | babelmedSpectacle au croisement des arts lyriques et des arts contemporains, Välimeri (mer du milieu) est composée de 5 tableaux énigmatiques. Sur une proposition de Serge Meyer (mise en scène et scénographie), un travail collaboratif s’est mis en oeuvre avec Julien Dassié (arrangeur),Nicolas Krüger (chef de chant) et Thierry Codduys (spatialisation du son). Välimeri est un spectacle rare, où la musique s’écrit d’après les images.
La scénographie se nourrit d’impressions d’espace, de temps et de lumière inspirées par la Méditerranée. D'une ligne d'horizon à un ciel tourmenté, de visions furtives à une image immaculée, 12 voix nous entraînent dans la puissance du chant. Portés par une scénographie
vivante, ces chants aux accents tribaux et polyphoniques, nous offrent une trame intense, que seule la chute pourra arrêter...

Mise en scène
La tension du spectacle est portée par les rapports entre la musique, la scénographie et la présence des corps. Les corps sont immergés dans l’image et sont tour à tour mis en contre jour, floutés ou coupés, utilisant ainsi une esthétique de l’effacement.

Impressions

«Et toujours cette montée d’immensité à l’intérieur (...). Aveuglement croissant, tout se fait horizon, tout se rapproche, tout se hante Välimeri (mer du milieu) | babelmed (...). Chaque surface ici devient transparente, ouvre sur des tableaux imprévus ou oubliés (...). On est dans son reflux (...). Un spectacle pourtant
que l’on sait bien qui ne viendra pas de l’extérieur (...). Tableaux ramenés et rapprochés les uns des autres, emboîtés les uns dans les autres, silencieusement (...). Cependant, en retrait derrière le rideau, il est encore interdit d’aller. L’accumulation de mémoire se poursuit». Philippe Sollers.

Intention

Du sombre à la lumière, le parcours musical s’inscrit dans un mouvement d’assention. Les apparitions du choeur sont rythmées par différentes formes : solo, duo et Tutti. Le montage sonore final s’argumente de sons électroacoustiques (violoncelle et synthèse granulaire). L’ensemble est sonorisé et spatialisé par un dispositif de 8 points découte. «Ce qui dirige
mon travail, c’est de faire apparaître les lignes de fuites communes entre la musique et les images scéniques.», Serge Meyer.
03/04/2008

mots-clés: