Gueules noires de Provence | babelmed
Gueules noires de Provence Imprimer
babelmed   
  Gueules noires de Provence | babelmed Organisée par Espaceculture en partenariat avec les éditions Jeanne Laffitte et le Musée de la mine de Gréasque, l’exposition “Gueules Noires de Provence” est constituée de 71 photographies émanant de l’ouvrage “Gueules Noires de Provence” réalisé par Xavier Daumalin, Jean Domenichino, Philippe Mioche et Olivier Raveux, publié aux éditions Jeanne Laffitte et d’objets et documents prêtés par le Musée de la Mine.

Elle retrace une longue période de la vie du bassin minier des Bouches du Rhône dont l’exploitation a débuté en 1744 et s’est achevée en 2003. Le 31 janvier 2003, la mine de Gardanne, la dernière à être encore exploitée par Charbonnages de France dans les Bouches-du-Rhône a cessé sa production ; un an plus tard, les chevalements des puits Courau et Boyer ont été abattus pour que le site soit sécurisé, nettoyé et puisse
accueillir de nouvelles entreprises, d’autres activités. Une page est définitivement tournée.

Ces événements, difficiles à vivre pour plus d’une famille de mineurs, mettent un point final à une aventure industrielle ancienne qui aprofondément marqué les différentes localités de la chaîne de l’Étoile ou des vallées de l’Arc et de l’Huveaune.Que seraient en effet devenus Auriol, La Destrousse, La Bouilladisse, Peypin, Cadolive, l’Auberge neuve, Belcodène, la Valentine, Gréasque, Peynier, Trets, Saint-Savournin, Mimet, Biver, Gardanne ou Meyreuil si leur existence n’avait pas été si intimement liée à l’exploitation des gisements locaux de lignite? Quelles seraient également la composition démographique et la diversité culturelle de ces mêmes localités si toutes ces familles venues d’Italie, d’Espagne, de Pologne, de Yougoslavie, d’Arménie, de Grèce, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie ou tout simplement des autres régions françaises, ne s’y étaient pas implantées pour être embauchées à la mine ? Les cars de ramassage ne circulent plus, tôt le matin, dans les petits villages miniers, les mineurs ne descendent plus à 1350 mètres sous terre, mais dans les mémoires et dans les coeurs la mine est toujours là, vivante.

Ce livre reconstitue et analyse les moments forts de cette histoire depuis le xviiie siècle, en insistant sur trois thèmes : les entreprises et leurs marchés, des premiers concessionnaires privés jusqu’à l’entreprise nationale ; les techniques d’exploitation, depuis le creusement des descenderies jusqu’au fonçage du puits Morandat, en passant par l’installation des machines à vapeur, le percement de la Galerie de la mer, l’électrification des galeries et la mise au point du soutènement marchant; les relations sociales, avec les paysans mineurs, l’essor des pratiques paternalistes, du syndicalisme et l’évocation des principaux conflits jusqu’à la fermeture... Rédaction Babelmed
(02/02/2006)
mots-clés: