Liberté pour Tiba Mawali | babelmed
Liberté pour Tiba Mawali Imprimer
babelmed   
 
Liberté pour Tiba Mawali | babelmed
Tiba Mawali continue de croupir en prison pour «violation de la loi sur les communications» dans un procès empreint d’irrégularités et auquel la police a pris une part active. Il s’agit de la première détenue pour opinion au sultanat d’Oman.
Tiba Mawali a commencé son parcours comme institutrice, puis elle a intégré les milieux de l’information: d’abord présentatrice d’émissions littéraires et économiques à la radio locale, elle est ensuite auteur de feuilletons et de pièces théâtrales télévisées. Entre 1986 et 1994, elle occupe le poste de directrice des émissions culturelles.
Tiba Mawali mène parallèlement une intense activité d’écrivain. Elle publie dans les revues omanaises et arabes. Son écriture vise à agir sur les esprits pour infléchir la société vers le progrès. Pour elle, aucun des tabous qui musèlent la société et particulièrement les femmes n’est à respecter. C’est surtout en tant que députée, depuis 1994, qu’elle se fait remarquer tant par sa hardiesse que par son intégrité et son exceptionnelle capacité de travail. Autant de qualités qui lui valurent d’être citée pour le Nobel.
Tiba Mawali est en prison pour avoir dénoncé sur Internet le manque de libertés dans son pays. S’exprimer sur Internet est devenu pour les régimes arabes antidémocratiques qui veulent passer pour démocratiques un crime impardonnable. Des régimes comme celui d’Oman ne comprennent pas que les concessions qu’ils font aux USA et à Israël ne les mettent pas à l’abri des critiques relatives à leurs violations des droits de l’Homme.
Les associations de défense des droits de l’homme dans le monde arabe se mobilisent pour Tiba Mawali défendue par Amnesty International. Rédaction Babelmed
(28/11/2005)
mots-clés: