Amours Rebelles. Quels choix pour les femmes en Islam? | babelmed
Amours Rebelles. Quels choix pour les femmes en Islam? Imprimer
babelmed   
  Amours Rebelles. Quels choix pour les femmes en Islam? | babelmed Behja Traversac propose une réflexion à partir de récits de vie, d'expériences ou d'autres formes de témoignages et nous entraîne, ce faisant, sur les pas de quelques femmes qui arpentent les sentiers défendus des mariages interconfessionnels au Maghreb. Entre désir individuel de liberté et enfermement imposé par la tradition et la religion, leurs paroles ont souvent le goût de la contestation.

"Ainsi une petite fille, jusqu’au mariage licite qui fera d’elle une femme puis une mère, entend dire et répéter, dans la chambre des femmes, le patio métaphorique ou réel, au bain, à la promenade, dans la cuisine où s’apprennent les gestes d’une bonne maison, que le meilleur époux, pour elle, comme pour toutes les femmes avant et après elle, sera, sinon un cousin germain, du moins un musulman, le père de ses enfants qui transmettra, et lui seul, la religion des ancêtres depuis le Prophète", dit Leïla Sebbar dans sa préface à ce livre.

De toute évidence le livre de Behja Traversac a su poser les bonnes questions puisqu’il est encadré et donc légitimé par une préface et une quatrième de couverture signées par deux grands noms de la littérature franco-algérienne: Leila Sebbar et Maïssa Bey qui ont su, toutes deux, placer au cœur de leur production les questions de la double appartenance culturelle rapportée à celles de l’identité féminine.

Quatrième:
Des femmes, des jeunes filles parlent. Librement, elles abordent des sujets dits «tabous», et Behja Traversac les sollicite, les écoute, les accompagne avec un désir inentamable d’élucidation et de justice.
Elles évoquent leur vie, leurs choix, leur volonté d’obéir ou de se rebeller face à l’intolérance d’une société où les traditions sont si étroitement amalgamées à la religion qu’elles ne s’en distinguent plus. Lucidité, objectivité et clarté sont les mots qui caractérisent ces pages, accompagnés de celui qui, au centre de tout, maintes fois prononcé au cours de ces entretiens, anime la flamme, ravive les bonheurs et les douleurs, illumine des vies parfois sans que les «disantes» n’en prennent conscience: le mot Amour. Un mot que tous les censeurs et toutes les censures évoqués çà et là voudraient oblitérer, mais qui resurgit, à la pointe d’une exclamation, d’un regret, d’un silence.
Maïssa Bey


Behja Traversac, Amours rebelles, collection «Autres Espaces», Chèvre-Feuille Etoilée Edition, septembre 2005, Montpellier
mots-clés: