Colonies, les cicatrices de l'histoire | babelmed
Colonies, les cicatrices de l'histoire Imprimer
babelmed   
  Colonies, les cicatrices de l'histoire | babelmed Interroger les représentations de l’histoire coloniale et l’imaginaire véhiculé par le cinéma, spectacle mondial né à l’apogée des empires: c’est l’objectif d’un remarquable cycle de films organisé par le Forum des images de Paris.
La programmation, très variée, élaborée par Laurence Voix et Loïc Bagès, veut répondre aux questionnements de la société française sur «l’événement colonial», dans le sens large si l’on considère la variété géographique et historique des films présentés: du célèbre Casablanca à Aguirre, la colère de Dieu, en passant par India Song et Indochine.
Le cycle se présente avec un fil conducteur. Du 2 au 6 février c’est le thème des contours d'un imaginaire colonial; du 23 au 27 février il s’agira de mémoire audiovisuelle coloniale française, belge, néerlandaise, allemande et anglaise autour de fonds d'archives cinématographiques européens; du 2 au 6 mars c’est le thème de l'image de l'indigène dans les films. Colonies, les cicatrices de l'histoire | babelmed «L’histoire officielle, enseignée dans les écoles françaises et publiquement mise en scène dans les cérémonies et les programmes de télévision, se focalise sur les guerres d’indépendance, vues depuis la métropole, en ignorant le temps des colonies. Malgré le foisonnement de la recherche universitaire et l’intérêt porté par l’édition à la période coloniale, le point de vue des populations d’origine coloniale est le plus souvent absent du débat public. Le récit de l’Autre n’est pas relayé, la rivalité des points de vue reste inexprimée, le partage des histoires entravé. L’absence de mémoire commune ou partagée du temps des colonies va de pair avec une représentation de la société française quotidiennement amputée, notamment à la télévision. (…) Le cinéma, inventé à l’orée du XXe siècle, est rapidement devenu le vecteur de la société coloniale à son apogée. Dès les années 1890, les opérateurs rapportent des vues du monde entier avec une curiosité et un goût indéniables pour la découverte et l’exotisme. Le globe terrestre devient le “logo” qui symbolisera alors la puissance et l’universalité revendiquée par les studios : du succès du “Pathé journal” dans les années dix au règne des studios hollywoodiens, de la RKO à Universal. Le métissage hollywoodien, produit par des cinéastes venus de toutes parts, réalise un art populaire planétaire. Le programme présenté ici est à la fois ouvert aux cinématographies du monde entier et fortement enraciné dans le cinéma européen et américain, centre du mouvement colonial et du regard cinématographique qui l’accompagne. La période retenue s’ouvre symboliquement en 1492, à la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, et court jusqu’à la mondialisation contemporaine. Prédominent, dans nos choix cinématographiques, les représentations de l’expansion coloniale du XIXe siècle et de son histoire tout au long du XXe, de l’apogée à la chute des empires, des colonisations continentales à la conquête spatiale, du capitalisme national aux multinationales. Les thèmes choisis alternent avec le fil historique qui se déroule chronologiquement, en s’arrêtant sur une question ou un aspect, comme l’histoire des représentations de l’indigène, l’érotique et la sexualité coloniale, les identités et les métissages, ou encore l’exil et l’immigration. Le plus souvent, le cinéma contemporain est mis en regard avec le cinéma de répertoire, les formes de mise en scène et les codes fictionnels sont rapportés aux films d’actualités ou de publicités: les genres et les époques ainsi décloisonnés, résonnent les uns avec les autres pour nous permettre d’apercevoir et d’interroger les évolutions et les permanences des codes de représentation hérités des sociétés coloniales». Colonies, les cicatrices de l'histoire | babelmed COLONIES: les films programmés le mois de février
Adieu Bonaparte me 16 fév 21h30
Aguirre, la colère de Dieu di 20 fév 19h00 / di 27 fév 14h30
Les Amants du capricorne di 13 fév 16h30
L’Appel du silence sa 12 fév 21h00
L’Atlantide ve 11 fév 14h30
Aux sources du Nil ve 18 fév 21h00
Les Aventuriers de l’arche perdue ve 4 fév 16h30 / di 20 fév 16h30
La Bandera je 3 fév 14h30 / ve 11 fév 16h30
La Captive aux yeux clairs di 6 fév 16h30
Casablanca di 13 fév 19h00
Le Chemin de la liberté me 23 fév 16h30
Chronique coloniale je 10 fév 16h30
Coup de torchon me 2 fév 21h30 / ve 25 fév 21h30
La Croisière noire ve 18 fév 14h30
Du pôle à l’équateur di 27 fév 19h00
Le Fleuve je 3 fév 16h30 / di 13 fév 21h00
Français, voici votre Empire sa 12 fév 19h00
La France est un Empire (extraits) sa 12 fév 19h00
Le Grand jeu di 6 fév 14h30 / me 9 fév 16h30
L’Homme du Niger me 2 fév 19h00
Horizons perdus sa 19 fév 16h30
India Song ve 4 fév 21h00
Indochine je 3 fév 21h30
Les Joueurs d’échecs je 17 fév 16h30 / sa 19 fév 19h00
King Kong je 17 fév 14h30 / di 20 fév 14h30
La Leçon de piano ve 18 fév 16h30
Mission me 16 fév 16h30 / sa 19 fév 21h30
Le Narcisse noir di 6 fév 19h00
Out of Africa sa 5 fév 21h00
Outremer ve 4 fév 14h30 / di 13 fév 14h30
Pépé le Moko je 3 fév 19h00 / je 24 fév 14h30
La Piste des géants di 20 fév 21h00
Les Quatre plumes blanches me 2 fév 16h30 / je 24 fév 21h30
Raja ve 11 fév 19h00
Shanghai ve 11 fév 21h00 / ve 25 fév 14h30
Shanghai Express sa 5 fév 17h30
Son nom de Venise dans Calcutta désert je 10 fév 21h00
Sur la piste des Mohawks di 6 fév 21h00 / di 27 fév 21h00
Vaudou sa 5 fév 19h00 / je 10 fév 14h30
Vida de Cristobal Colon y su descubrimiento de America me 16 fév 19h00 Antonia Naim
mots-clés: