Les coulisses du MuCEM | Nathalie Galesne, MuCEM, Fort Saint-Jean, Centre de Conservation et de Ressources, Corinne Vezzoni, Eduardo Cillida, Marseille, Gérald Passédat
Les coulisses du MuCEM Imprimer
Nathalie Galesne   

 

Les coulisses du MuCEM | Nathalie Galesne, MuCEM, Fort Saint-Jean, Centre de Conservation et de Ressources, Corinne Vezzoni, Eduardo Cillida, Marseille, Gérald Passédat

Plus qu’un musée, avec ses 40.000 m2 répartis sur trois sites : le J4, le Fort Saint-Jean et le Centre de Conservation et de Ressources, le MuCEM se décline comme une véritable cité culturelle.

« Ce musée entend convoquer toutes les disciplines des sciences sociales, l’anthropologie, l’histoire, l’archéologie, la géographie. Il croise les points de vue, les regards, les cultures populaires et savantes. Il va, de plus, chercher dans l’histoire la plus ancienne ce qui peut éclairer l’histoire contemporaine… » explique son directeur, Bruno Suzzarelli qui nous accompagnera tout au long de la journée sur les trois chantiers (1). 

Première étape de notre visite: le CCR, Centre de conservation et de ressources, un des trois piliers du complexe muséal. Implanté sur une même empreinte au sol que le J4 (72mx72m) dans le quartier de la Belle de mai dont les anciennes friches industrielles ont été réhabilitées en lieux de culture (archives municipales de la ville, pôle media, friche de la belle de mai…), le CCR sera en quelque sorte les coulisses du MuCEM.

Les coulisses du MuCEM | Nathalie Galesne, MuCEM, Fort Saint-Jean, Centre de Conservation et de Ressources, Corinne Vezzoni, Eduardo Cillida, Marseille, Gérald Passédat

C’est là que les collections seront stockées, conservées, entretenues tout en étant accessibles grâce à un système de prêts et de dépôts dynamiques. Le CCR se veut aussi un lieu vivant ouvert aux professionnels du patrimoine -chercheurs, spécialistes, étudiants- ainsi qu’au public. « Le bâtiment a été conçu selon une nette séparation  entre deux mondes, deux dimensions : le privé et le public » explique Corinne Vezzoni, lauréate du concours lancé en 2004.

Les magasins, environ 7000 m2, ont été distribués sur trois étages au nord du bâtiment. « les réserves, c’est l’envers du décor, c’est le secret conservé » commente l’architecte. L’autre partie, à laquelle on accède par l’entrée principale, ouvre sur plusieurs espaces destinés au public: une bibliothèque, trois salles pour la consultation des objets, des ressources documentaires et des fonds audiovisuels.

//Corinne VezzoniCorinne VezzoniSouriante et pédagogue, Corinne Vezzoni nous entraîne dans un chantier bien avancé qui accueillera les premiers objets en provenance de Paris dès le mois d’octobre.

Les espaces, de dimensions variables, s’encastrent interrompus par des puits de lumière distribuée en creux pour en atténuer l’ impact. « L’inquiétude des poussières nous a fait opter pour des vitrages fixes. Nous avons aussi pris le parti de rendre invisibles les équipements de conservation extrêmement sophistiqués, c’est une contrainte qui nous était imposé par le choix architectural du projet ».

Un peu à la manière du sculpteur espagnol Eduardo Cillida dont elle s’est inspirée, Corinne Vezzoni porte une attention toute particulière à la matière : « Le béton teinté de pigment naturel a été traité dans sa minéralité » précise-t-elle. C’est lui qui forme ce monolithe ocre dont  la rugosité vibre avec la lumière et contraste avec les parois blanches et lisses des façades disposées en creux.

Les coulisses du MuCEM | Nathalie Galesne, MuCEM, Fort Saint-Jean, Centre de Conservation et de Ressources, Corinne Vezzoni, Eduardo Cillida, Marseille, Gérald Passédat

Jeu des volumes et de la matière jusque dans ses moindres détails, les trous laissés dans les parois de bêton par les étaiements seront bouchés par des palets de céramique sur lesquels sont gravées les lettres du MuCEM. Des petits ronds couleur terre qui semblent émerger d’un tell de Mésopotamie.

 

Intermède 1. Hospitalité méditerranéenne au Petit Nice

S’extraire du gris-Paris pour se retrouver propulsée dans l’azur translucide et chaud de Marseille agréé par un léger mistral, voilà de quoi bien commencer sa journée. Faire une halte au petit Nice pour une pause déjeuner c’est la poursuivre dans un crescendo de saveurs et de senteurs.

Les coulisses du MuCEM | Nathalie Galesne, MuCEM, Fort Saint-Jean, Centre de Conservation et de Ressources, Corinne Vezzoni, Eduardo Cillida, Marseille, Gérald Passédat

Sur cette terrasse perchée au dessus de la Méditerranée, c’est décidément le bleu qui l’emporte: embruns, papilles flattées, écume d’un moment d’hospitalité et de bien être… En sortant tous nos remerciements vont à Gérald Passédat, le chef qui nous a accueillis. Ce maître du goût officiera dans les deux lieux de restauration du J4: son restaurant panoramique et sa cafeteria. D’ailleurs un lieu consacré à la Méditerranée saurait-il exister sans l’art culinaire inhérent à son style de vie?

 


 

Nathalie Galesne

16/07/2012

 

(1) Bruno Susarelli parle de «Cité culturelle», La provence. Edition spéciale du 30.06.2012

 


Premier épisode du feuilleton mensuel que Babelmed consacrera au MuCEM jusqu’à son ouverture. A suivre des articles sur les expositions, collections, programmations, archives, etc .