Dossier  Chypre | babelmed
Dossier Chypre Imprimer
babelmed   
  Dossier  Chypre | babelmed Vers un gouvernement de large coalition…

Le Président Rauf Denktaş, après avoir effectué le lundi 29 décembre un troisième tour de table avec les chefs des quatre partis qui ont des élus au nouveau parlement, a demandé à Mehmet Ali Talat, vainqueur d’une courte tête des élections du 14 décembre, de former le nouveau gouvernement.

Les pressions exercées sur le chef historique de la communauté turque, d’une part par les Etats-Unis et l’Union européenne, d’autre part par la Turquie qui subissait elle-même ces pressions, semblent ainsi avoir porté leur fruit. La nomination de Monsieur Talat, chef du CTP (Cumhuriyetçi Türk Partisi - le Parti turc républicain) qui est le premier parti sorti des urnes avec 19 sièges sur 50, est un pas en avant pour un gouvernement d’union nationale. D’autant plus que le Président Denktaş a bien souligné qu’il souhaitait voir se former un gouvernement de large coalition réunissant l’ensemble des quatre formations représentées au parlement. Il a également précisé qu’il avait «tenu compte des suggestions d’Ankara pour cette nomination.»

De son côté, M. Ali Talat qui dispose 25 sièges sur 50 avec ses alliés de BDH (Barış ve Demokrasi Hareketi - le Mouvement pour la paix et la démocratie), a indiqué en acceptant sa mission, qu’il tentera de former rapidement un gouvernement, sans chercher à diviser les partis de l’aile «droite» (coalition sortante entre UBP et DP) par d’hypothétiques transferts de députés. «Nous entamerons des pourparlers avec tous les partis politiques, pour former un gouvernement non pas avec les individus mais avec les partis politiques et puis obtenir le vote de confiance au parlement» a-t-il déclaré. Dossier  Chypre | babelmed 15 jours pour former le gouvernement…
Selon la constitution de la RTCN, le Premier ministre nommé doit constituer son cabinet dans les 15 jours suivant sa désignation.

Le succès de Mehmet Ali Talat aboutirait à rouvrir rapidement les négociations avec la communauté grecque de l’île, sur la base du plan Annan.
Tout semble pour le moment aller dans ce sens. En effet, le chef de la CTP qui avait, lors du premier tour de table avec Rauf Denktaş, son adversaire politique hostile au plan Annan, demandé à celui-ci de renoncer à présider la délégation chypriote turque lors des prochaines négociations en laissant sa place au futur Premier ministre, vient de faire une déclaration apaisante. Il accepterait désormais que le Président et le Premier ministre fassent ensemble partie de la délégation chargée de représenter la RTCN lors des pourparlers qui doivent commencer juste après la formation du nouveau cabinet et le vote de confiance.

M. Talat aurait d’autre part parlé de son intention, en ce qui concerne son propre parti, de nommer des ministres hors du parlement, en vue d’avoir plus de liberté dans l’assemblée nationale.

Le fils de Denktaş en visite chez les chypriotes grecs
Serdar Denktaş, chef de DP (Demokrat Parti - le Parti démocratique) et fils du président de la République, est devenu avec ses 7 députés, l’homme clef de la situation. M. Talat, dans l’hypothèse où il ne pourra pas s’entendre avec le UBP (Ulusal Birlik Partisi – le Parti de l’unité nationale, 18 députés) du Premier ministre sortant, aura absolument besoin de l’appui du DP, membre de l’ancienne coalition avec UBP, pour obtenir la majorité au parlement.

En attendant, Serdar Denktaş a indiqué qu’il passera pour la première fois dans la partie sud de l’île, afin de rencontrer les présidents des deux principaux partis politiques chypriotes grecs et recueillir leurs opinions sur le plan Annan. Jusqu’à présent, le chef de DP n’avait rencontré les représentants des partis chypriotes que dans la zone tampon autour de la ligne verte séparant l‘île en deux. La presse chypriote grecque aurait annoncé cette nouvelle en titrant: «Le fils Denktaş cherche à se donner une image conciliante; il flirte avec les politiciens grecs, en paressant souhaiter que le problème chypriote trouve une solution avant le 1er mai 2004». Mehmet Basutçu
mots-clés: