Chocolat, une passion! | Diana Donatelli, Madame de Sévigné, Mousse au chocolat, Gateau au chocolat, Xocoatl, Teobroma, Goethe, Cristophe Colomb, Gianduja
Chocolat, une passion! Imprimer
Diana Donatelli   
  //Madame de SévignéMadame de Sévigné“Les dieux boivent l’ambroisie, les hommes le chocolat” écrivait au dix-septième siècle un anonyme vénitien. Carl von Linné, naturaliste suédois, alla jusqu’à appeler la plante de cacao “Teobroma” - “nourriture des dieux”.
Pour Madame de Sévigné, le chocolat était une tentation diabolique. Dans une lettre à sa fille datée de 1671, elle écrit qu’une marquise mangea tellement de chocolat pendant sa grossesse qu’elle donna le jour à un nouveau né noir comme le diable qui mourut peu de temps après!
Apprécié de Goethe qui ne commençait pas une journée sans boire une grande tasse de chocolat chaud et bien sucré, Casanova le préférait au champagne, et Madame du Barry, la favorite de Louis XV, l’offrait à ses amants pour les préparer à la passion. Le chocolat, doux, velouté, parfumé avec sa saveur riche et dense, son arôme enivrant, est un délice pour le palais.
Cristophe Colomb fut le premier européen à goûter la boisson extrêmement amère que les indigènes préparaient avec les semis de cacao torréfiés et mélangés à l’eau et au maïs; on sait aussi avec certitude qu’il amena les semis en Espagne, où ils ne furent pas appréciés.
A son arrivée au Mexique, Ferdinando Cortez but évidemment une coupe de “Xocoatl” offerte par l’empereur aztèque Montezuma. Cortez n’apprécia pas du tout la boisson, mais nota cependant qu’elle était servie dans une coupe d’or et que les semis de cacao étaient utilisés comme des pièces de monnaie. Or et cacao furent la fin des indios. De fait, Cortez, au nom du roi d’Espagne, ne se contenta pas de les déposséder, mais les assujettit pour les massacrer ensuite. Nommé par Charles V gouverneur des territoires conquis, Cortez y installa ses propres cultures de cacao. En rentrant en Espagne, il ajouta au xocoatl, sucre et vanille. La boisson ainsi enrichie connue un immense succès.
Les vices rois d’Espagne le diffusèrent dans leurs cours de Naples et Milan. La princesse Anne, épouse espagnole du roi Louis XIII, le porta en dote en France, où le cacao entra ainsi triomphalement. Vendu en Allemagne dans les pharmacies, le chokolathe fut considéré comme un excellent remède pour les constitutions faibles et mélancoliques. Les anglais découvrirent le chocolat en 1657. En 1674 dans un fameux café londonien on pouvait déguster le chocolat comme boisson et en pâtisseries.
Chocolat, une passion! | Diana Donatelli, Madame de Sévigné, Mousse au chocolat, Gateau au chocolat, Xocoatl, Teobroma, Goethe, Cristophe Colomb, GiandujaLes premières tasses de chocolat coûtaient extrêmement cher, et étaient, de fait, seulement accessibles à une élite. Au 18ème siècle, grâce à la production industrielle, le prix du chocolat baissa un peu. Mais la vraie révolution eut lieu en 1828 quand l’hollandais Van Houten inventa une machine qui séparait les deux principales composantes du chocolat. La poudre de cacao et le beurre de cacao. A partir de cette découverte, le chocolat offrit d’innombrables compositions. En très peu de temps, naquit la tablette de chocolat; en Suisse on inventa le chocolat au lait, alors qu’en Italie, à Turin, la Caffarel mélangea le chocolat au lait avec des noisettes piémontaises grillées, créant les délicieux chocolats qui prirent le nom du masque de carnaval, Gianduja.
Un tronc subtil, un feuillage qui passe du rouge au marron avant de devenir vert foncé, le merveilleux arbre de cacao a besoin, pour se développer et donner des fruits, d’un climat tropical et d’un certain degré d’humidité, c’est pourquoi il est seulement possible de le cultiver en Amérique centrale et en Afrique. Le fruit de la plante, qui peut aller jusqu’à dix mètres de hauteur, est un gros noyau ovale, de couleur rouge sombre, dit cabosse. Les cabosses mûrissent deux fois par an avant d’être traitées au cours de longs et lents processus. La partie la plus délicate du travail du cacao est le concassage, c’est à dire le travail de la conque. Dans des grands récipients de métal, la pâte brune est maintenue en mouvement continu à la température de 60°. Cette opération peut durer entre 18 et 120 heures. Plus le concassage sera long et plus le chocolat sera velouté.
Comment distinguer le bon du mauvais chocolat? Le bon chocolat doit être lumineux, parfaitement sombre, sans aucun point blanc. En le goûtant aucun petit morceau ne doit vous chatouiller la langue. Et enfin, en le cassant, il faut qu’il fasse un bruit sec: le fameux «tac».
Dans le gotha mondial, le chocolat emprunte les noms italiens de Gay Odin à Naples, de Moriondo et Gariglio à Roma et de Peyrano à Turin. Trois temples où le chocolat est confectionné selon un rite antique et immuable qui s’exécute entièrement artisanalement. Le chocolat est une passion grimpante et d’élégantes chocolateries apparaissent tous les jours plus nombreuses dans le monde.

Les œufs de Pâques
Chocolat, une passion! | Diana Donatelli, Madame de Sévigné, Mousse au chocolat, Gateau au chocolat, Xocoatl, Teobroma, Goethe, Cristophe Colomb, GiandujaL’oeuf de Pâques nous est arrivé à travers les rites païens. Les persans, il y a cinquante siècles, accueillaient le printemps en s’échangeant des œufs frais, symbole du réveil de la nature et de la fertilité.
Quelques milliers d’années plus tard, à la cour raffinée du Roi Soleil, l’idée d’enrober l’oeuf de chocolat fut introduite, mais c’est seulement un siècle plus tard que l’oeuf devint le symbole de Pâques.
Les oeufs de Pâques, ne sont plus désormais seulement revêtus de chocolat mais entièrement remplis de chocolat et à l’intérieur, ils cachent une surprise, qui, même modeste, rend leur ouverture un moment magique.



Les recettes

Chocolat, une passion! | Diana Donatelli, Madame de Sévigné, Mousse au chocolat, Gateau au chocolat, Xocoatl, Teobroma, Goethe, Cristophe Colomb, GiandujaMousse au chocolat
Ingrédients pour quatre personnes:
4 oeufs, 150 gr de chocolat fondant, 4 cuillers de sucre, 1,50 dl de crème de lait frais, une cuiller de cognac.
Couper le chocolat en petits morceaux et faire fondre au bain marie avec une cuiller d’eau. Séparer les jaunes des blancs. Battre les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce qu’ils deviennent une composition crémeuse. Monter en neige le blanc d’œuf. Monter la crème de lait. Ajouter aux oeufs battus le chocolat parfumé au dernier moment avec le cognac. Mélanger avec soin et unir le blanc monté et la crème. Mélanger doucement.
Verser la mousse dans des coupelles individuelles ou dans un unique récipient et faire refroidir au frigo pour quelques heures avant de servir.

Chocolat, une passion! | Diana Donatelli, Madame de Sévigné, Mousse au chocolat, Gateau au chocolat, Xocoatl, Teobroma, Goethe, Cristophe Colomb, GiandujaGateau au chocolat
Ingrédients:
quatre oeufs, quatre cuillers de sucre, une pincée de sel, 75 gr de beurre, une cuiller de farine, 200 gr de chocolat fondant.
Couper le chocolat en petits morceaux et faire fondre au bain marie. Battre les jaunes d’œufs avec le sucre et une pincée de sel, ajouter du beurre fondu tiède et de la farine, bien mélanger. Incorporer à la composition le chocolat avec deux blancs d’œufs montés en neige et très fermes. Badigeonner de beurre un plat et verser la composition. Cuir au four à 150° pendant 20 à 30 minutes.



Diana Donatelli