Le triangle d'Al-Andalous

Le triangle d'Al-Andalous Conçue dans le cadre des manifestations artistiques et culturelles de Rabat, capitale de la culture arabe 2003, l’exposition Le Triangle d'Al-Andalous, qui vient de s’ouvrir à Rabat, est un évènement exceptionnel au Maroc. L’exposition a lieu au Musée des Oudayas, qui vient de retrouver sa splendeur après sa restauration, et se propose de retracer la mémoire historique que partage l'Orient et l'Occident à travers un espace commun: Al Andalus et le Maghreb.
Environ 90 pièces, entre objets d'art, manuscrits et documents, provenant d’un grand nombre de musées de Syrie, Espagne, Portugal et Maroc, sont proposés au public jusqu'au 19 janvier 2004.
Des pièces rares, telles qu’un cadran solaire millénaire de Cordoue, le plus ancien conservé, en provenance du Musée Archéologique de Cordoue, un fragment de mosaïque de la mosquée des Omeyyades de Damas, le minbar de la Medersa Bou Inaniya de Fès (Musée des arts et traditions- Dar Batha de Fès), ainsi que d’autres objets d'art de différents musées espagnols (Musée de Malaga, Musée archéologique Jaen, Musée de l'Alhambra, Musée d'Alméria, Musée archéologique de Grenade, musée Téla) sont exposés dans la Kasbah des Oudayas, où huit siècles plus tôt la dynastie des Almohades avait fondé la ville de Rabat. Le triangle d'Al-Andalous L'objectif de l'événement est de "témoigner et diffuser la profondeur de la relation culturelle, artistique et humaine entre l'Orient, l'Occident et Al Andalus entre le 8ème et le 14ème siècle" a indiqué Manuel Chaves, président du gouvernement autonome andalou, lors de l'inauguration.
"C'est la première fois qu'on ne présente plus l'Andalousie uniquement à travers des objets de musées, mais comme un mode de vie partagé entre les deux rives de la Méditerranée" a déclaré à l'AFP M. Mohamed Achaari, le ministre marocain de la Culture. "L'exposition, vise à faire connaître aux nouvelles générations, notamment les élèves et les étudiants, l'image et l'esprit de l'Andalousie" a précisé le ministre.
Parallèlement à cette exposition, un festival de musiques andalouses, jouées par des musiciens andalous, égyptiens, syriens et tunisiens est également au programme et aura lieu dans la capitale marocaine.

Related Posts

Ahmed Bouzfour: l’écrivain qui a osé dire non!

04/02/2004

Ahmed Bouzfour: l’écrivain qui a osé dire non!Le 23 janvier 2004, lors de la cérémonie de remise du Prix du Maroc (prix parrainé par le ministère de la culture et qui récompense des œuvres sélectionnées par son jury), l’écrivain Ahmed Bouzfour a décliné la récompense. Il ne s’est pas contenté de refuser le prix, il a justifié son geste par une déclaration assez virulente. Qu’est-ce qui a poussé cet auteur tranquille, sans engagement politique et qui a toujours évolué loin des feux de la rampe à faire cette sortie médiatique, à rompre le sommeil léthargique d’un ministère indigent et de la si peu crédible Union des écrivains du Maroc?

Liberté de la presse au Maroc: la loi change, mais pas les Lignes Rouges

13/07/2007

Liberté de la presse au Maroc: la loi change,  mais pas les Lignes RougesConcocté par le cabinet royal, plusieurs ministères (Intérieur, Communication, Justice) et le Secrétariat général du gouvernement, le projet du nouveau code de la presse marocain présenté par le gouvernement comme une «avancée historique» suscite la polémique. Il devait être entériné avant les élections de septembre 2007 mais rien n'est moins sûr... (article publié par Arab Press Network)

Salles obscures au Maroc: bientôt le clap de fin?

29/01/2013

salmar_110L’apparente vitalité du cinéma marocain dissimule un état des lieux tout autre: peu à peu les salles de cinéma disparaissent du pays. Si la production maintient un cap satisfaisant, c'est à l'autre bout de la chaîne, la distribution et l'exploitation, que le bât blesse.