Sawa, une radio américaine pour séduire les Arabes

  Sawa, une radio américaine pour séduire les Arabes Depuis septembre 2003, les Marocains captent à Rabat et Casablanca une nouvelle radio en modulation de fréquence: SAWA. Le mot signifie en arabe «ensemble», «semblable». C’est une entreprise de charme américaine qui vise à relooker une image bien ternie dans le monde arabe. Occupés depuis plusieurs décennies à servir leurs intérêts stratégiques dans la région, les Américains étaient peu regardants sur la manière et se souciaient peu des sensibilités des peuples. Chez les Arabes, l’antiaméricanisme fut nourri autant par l’alliance avec des régimes autoritaires théocratiques ou militaires que par le soutien inconditionnel apporté à l’Etat d’Israël.
La nouvelle radio émet dans tout le monde arabe. Elle sera relayée en 2004 par une chaîne satellitaire. Un programme très ambitieux qui espère détourner quelque peu les citoyens de la région des chaînes satellitaires arabes qui distillent souvent un discours franchement hostile à l’égard des Américains et raciste envers les juifs.
Au Maroc, il y a un certain engouement pour SAWA, surtout chez les jeunes, catégorie spécialement ciblée par ses promoteurs. Il faut dire que c’est une nouveauté parce que jusqu’à présent, les Marocains ne captaient en FM que les radios nationales (RTM, radio 2M et Médi 1). SAWA calque d’ailleurs quelque peu le concept de Médi 1. Le projet de la radio méditerranéenne visait en son temps à jeter un pont entre le Maghreb et l’autre rive. Les promoteurs de SAWA s’y prennent peut-être avec beaucoup de retard, mais nourrissent un dessein tout aussi ambitieux. Cette nouvelle «voix de l’Amérique» diffuse en alternance de la musique occidentale et arabe, avec de brefs bulletins d’information sur un ton neutre, loin du discours passionné et idéologique auquel sont habituées les oreilles des arabes.
Les avis sont mitigés sur l’efficacité d’une telle entreprise. Certains pensent que les Américains sont bien naïfs de vouloir réparer tout le mal qu’ils ont fait en diffusant de la bonne parole. Ils gagneraient plus facilement le cœur des arabes en révisant leur politique au Moyen-Orient. D’autres pensent que SAWA finira par s’imposer dans le monde arabe, ne serait-ce qu’en créant le besoin d’être écoutée (grâce notamment à la qualité des programmes) et en laissant entendre sa différence parmi le chœur aux chants si prévisibles des radios et des chaînes arabes. Hicham Raji

Related Posts

Maroc: les multiples visages de la censure

01/03/2004

Depuis quelques années au Maroc, une lutte est engagée par la société civile sur plusieurs fronts pour revendiquer plus de liberté. Comme pour prendre au mot le pouvoir, qui ne cesse de clamer sa volonté de «démocratiser» et de «moderniser» le pays. On ne s’y attendait pas vraiment, mais cette lutte fut menée (et l’est encore aujourd’hui) surtout par des associations, des organisations de défense des droits de l’Homme et la presse indépendante.

Hassan II, le folklore, la langue et la culture

16/05/2005

C’est le volet le plus fertile et le plus intéressant de l’analyse de la personnalité de Hassan II. La double étiquette de modernisateur et de traditionaliste fait l’ambivalence du personnage du roi, ambivalence que l’auteur explique par la formation que reçut le prince

Assises de la mobilité dans l’espace Euromed

16/02/2006

Assises de la mobilité dans l’espace EuromedLe 12 et 13 mai 2006 Fès, Maroc A l’occasion de l’année de la mobilité dans l’Union Européenne, le Fonds Roberto Cimetta organise les Assises de la mobilité afin d’ouvrir une réflexion structurée et partagée sur le concept de la mobilité dans l’espace Euromed: mobilité des artistes, des œuvres, des opérateurs culturels.