Achewik, premier album de Yane Ouchene

Algérien et organisateur d’événements culturels, Yane Ouchene vit actuellement à Tunis, où il prépare son premier album Achewik «chants» en kabyle, un des moyens d’expression artistiques pratiqué par les femmes kabyles, grâce elles expriment leurs bonheurs, leurs malheurs, leurs vécus.

Dans son Album il raconte l'histoire de ses origines Kabyles à travers des Tracks mélangeant chants ethniques, samples mélancoliques tout ceci revisité avec de la musique électronique. Ses sets sont lefruit d'une fusion, d’une rythmique africaine qui transcende les frontières.

Tamurt « pays» en kabyle est un EP electro politique, et qui regroupe 3 titres, que Yane a produit pendant la révolution Algérienne en 2019 et qui revêt unespritpolitique, un esprit d’engagement. On y retrouve un mélange sonorités nord africaines et des messages.

Chacun de ces tracks raconte une histoire entre témoignages de crimes de guerre, témoignage sur le 17 Octobre 61 ainsi chrifa qui parle de l’Algérie. Un retour sur l’Histoire d’hier pour ne pas oublier et avancer sur l’Histoire de demain.

Ceci n’est qu’une introduction à un projet plus large qui lui tient à cœur :son premier album « Achewiq». Dans ce projet Yane, donnera la parole aux femmes et mettra en valeur les femmes Amazigh, il compte partir en voyage « leVoyage des chants» durant trois mois dans trois pays Nord Africain(Algérie,Maroc, Tunisie) et aller dans d'anciens villages amazigh afin de récolter des chants ancestraux Amazigh.

Son objectif est de participer à la sauvegarde et la promotion de la culture Amazigh, cette culture oubliée, Il veut porter la parole du vécus des femmes Amazigh,gardiennes de l’Histoire et de la tradition.

Related Posts

Le voile mis à nu

03/06/2008

Le voile mis à nuLa stigmatisation de l’Islam qui touche tous les secteurs de la représentation en Europe s’est particulièrement focalisée sur le voile. Comment et pourquoi de nombreuses Méditerranéennes endossent ce couvre-chef tant banni par l’Occident? Première étape de ce questionnement en Algérie.

La survie miraculeuse de la culture berbère en Algérie

10/05/2006

La survie miraculeuse de la culture berbère en AlgérieIl n’existe pas, en Algérie, de «culture berbère pure», pas plus qu’il n’existe d’arabe. La culture berbère est la synthèse d’apports divers, locaux et étrangers (méditerranéens, arabes et sahariens). L’idée selon laquelle il existe une «culture berbère pure» n’est en est pas moins relativement répandue parmi les chercheurs et les militants associatifs puristes, dont certains nourrissent le rêve de voir renaître l’«ancienne Berbérie», dans laquelle l’élément amazigh prendrait le dessus sur les autres éléments et les assimilerait.

Le rêve oublié des pieds-rouges

19/02/2010

Le rêve oublié des pieds-rouges«Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l'indépendance au désenchantement (1962-1969)» de Catherine Simon est «la fresque d'une époque, d'un pays, d'une aventure humaine» annonce la dernière phrase de la quatrième de couverture.