(P) Q

Le couvre-feu international nous rapproche, paradoxalement : nous n’avons jamais autant appelé au téléphone nos proches, nos amis, jamais envoyé autant de sms et de mails « perso ». Et nous qui faisons partie d’une diaspora, comme la Libanaise que je suis, n’avons jamais autant correspondu avec nos cousins et notre famille, éparpillés dans le monde entier !

Mes cousins d’Egypte, du Liban, d’Australie ou du Brésil : grâce à whatsapp, nous avons des nouvelles en direct les uns des autres, comme jamais auparavant ! Nous partageons à gogo les vidéos drôles - dans toutes les langues : français, anglais, brésilien, italien… Car nous sommes tous polyglottes - identité libanaise oblige… même après des décennies hors du Liban !

 


Ma cousine Mary, d’Australie, qui fait partie de la branche alexandrine de ma famille - et comme vous savez à Alexandrie autrefois on ADORAIT rire, et la joie de vivre coulait dans les rues comme le soleil d’Egypte c’est-à-dire très fort ! - m’envoie des images et vidéos hilarantes sur les achats démesurés d’Australiens et Australiennes en … papier hygiénique !

Le PQ, denrée de base ! Voilà qui aurait fait éclater de rire nos grands-pères et aïeux qui ont fait la première ou la deuxième guerre mondiale, ceux qui partaient en exode sur les routes de France en 1940 pour fuir l’avancée nazie, ou encore les millions d’émigrés et d’exilés qui continuent à fuir chaque jour de chez eux avec le minimum pour se faire une vie ailleurs - mais sans emporter des kilos de PQ avec eux !

Or cette obsession du PQ semble mondiale, si l’on en croit le net - et en France nous avons eu les mêmes comportements. PQ-lovers de tous pays, vous êtes unis !:))))