Article 60 – Asylum and migration

Cette poésie de Clare Azzoppardi écrite en maltais et traduite vers le français par Elizabeth Grech, a été initialement publiée dans le cadre du projet « la Constitution Européenne en Vers » du Collectif des Poètes Bruxellois (2008). Il s’agissait d’écrire des textes inspirés par les articles de la Constitution Européenne. Les thématiques sont encore d’actualité.

 

Article 60 – Asylum and migration

Tawha loqma ħobż –

u mal-ponot ta' subgħajja weħlet l-inġera

bl-istejjer

tal-iljieli ġoċ-ċelel Ħal Safi

bla rqad

tisfolja l-iswed.

 

Ma ġibtx ftit ħamrija miegħek? staqsejtha,

ħa tfakkrek fil-qroll imbaskat

fuq il-ħaddejn? Din gżira niexfa

u li kieku kulħadd joffrilha ftit ħamrija

kieku,

minn kull memorja skarnata

tinbet ħrafa ġdida.

Hawn ara, qaltli, u malli fetħet idejha

rajt il-biża' ggranfat mal-kesħa tal-lejl

fuq dgħajsa tigref l-ikħal tal-Mediterran,

rajt lil ħalqha msaqqaf bil-kliem

ta' ħafna stejjer bla tmiem

xfar għajnejha mburġati bir-rabja li

niżlet

lewlu

ma' ħaddejha.

 

Article 60 – Asile et Migration

Ils lui ont donné un morceau de pain –

et l’injera s’est collée au bout de mes doigts

avec les histoires

des nuits passées dans les cellules de Safi

sans sommeil

à feuilleter l’obscurité.

 

Je lui ai demandé :

Tu n’as pas apporté un peu de terre avec toi?

Pour te rappeler la sensation du corail cuit sur les joues?

Cette île est sèche

si tout le monde lui offrait un peu de terre

de chaque souvenir gravé

une nouvelle histoire naîtrait.

Tiens regarde, m’a-t-elle dit,

et dès qu’elle a ouvert sa main

j’ai vu la peur accrochée à la fraîcheur de la nuit

sur une barque griffant le bleu de la Méditerranée,

j’ai vu sa bouche couverte de mots

d’innombrables histoires sans fin

le contour de ses yeux débordant de colère

roulant

sur ses joues

comme des perles.

 


Clare Azzoppardi (1977) est une écrivaine qui a reçu de nombreux prix. Elle écrit pour les enfants et pour les adultes. Elle dirige le Département de Maltais au Junior College de l’Université de Malte et pendant plusieurs années, elle était un membre actif d’Inizjamed, une ONG dont l’objectif principal est de promouvoir la littérature à Malte et à l’étranger. Au sein d’Inizjamed, elle a co-organisé des festivals littéraires et ateliers, souvent en collaboration avec Literature Across Frontiers (LAF). Son travail a été traduit en plusieurs langues et un de ces derniers recueils de nouvelles Kulħadd ħalla isem warajh (Les noms qu’ils ont laissés) a été publié en croate, en hongrois, en slovène et en arabe.

 

[1] Safi est un village à Malte où il y avait un centre de rétention des migrants.