La jeune femme qui rêvait de devenir architecte

Une jeune tunisienne originaire de la ville de Kairouan rêvait de réaliser son rêve d'enfant : devenir architecte, briser la barrière de la peur et pénétrer dans un monde réservé aux hommes, tout en quittant le milieu conservateur dans lequel elle avait grandi...

Mais comment une jeune fille peut-elle, sans prévenir, entrer dans un univers fait d'hommes aux mains solides et tenter de devenir leur concurrente? Comme si des mains plus frêles ne convenaient pas à l'architecture!

Ne savent-ils pas que la construction se base sur la géométrie et que la géométrie est une combinaison d'imagination fertile et de sciences? Les doigts aussi doux soient-ils, sont des compagnons de fer!  

L’école est idéalement située et permet d’admirer certaines splendeurs de la Tunisie, au croisement des construction de la main humaine et de la magie de la nature. Des lieux pleins d’harmonie et qui permettent de découvrir l’histoire architecturale du pays.

Ainsi la ville de Sidi Bou Saïd est un lieu fascinant et qui permet de se plonger dans les détails de son architecture. C’est pour celà que je m’y exerce sans hésiter et que j’y choisi des modèles, pleins de détails. Les ruelles et bâtisses permettent de s’exercer à la perspective, matière enseignée en première année d’architecture.

 

Nour El Houda Laabidi est très active sur Instagram où elle poste des photos et des textes. 

Related Posts

Confinement : double peine pour les femmes tunisiennes

07/05/2020

En Tunisie le confinement a eu un impact direct sur la vie des femmes. Augmentation des violences physiques et précarisation sociale et économique plus accrue. Mais comme à l’accoutumée la solidarité s’est mise en marche.

T comme Tissage

26/05/2020

"T" comme "Tissage", en ces temps d'éloignement physique, nous avons besoin de tisser des liens.

Allons danser ce soir alors...

12/01/2020

C'était une petite soirée de début d'année. Ou plutôt une suite sans fin de la soirée du nouvel an, qui s'étirait, peu importe les dates qui s'égrenaient sur le calendrier. Vous savez, quand vous êtes encore dans cette ambiance pleine d'un sentiment un peu douloureux, de culpabilité, parce que vraiment, là, il faudrait arrêter la machine et aller dormir, parce que vous avez fait une fiesta énorme.