MUZZIKA ! Octobre 2019. Algérie : Souad Massi

Voilà enfin le retour, au meilleur d’elle-même, de l’immense artiste algérienne Souad Massi ! Véritable coup de coeur que nous avions eu à la parution de son premier album, « Raoui » en 2001, première et formidable « songwriter » de l’Algérie d’aujourd’hui - et nous utilisons ce mot anglo-saxon à dessein, tant le style de l’artiste, auteur-compositeur-interprète et guitariste, emprunte au douces balades folk américaines des plus belles années, les années 70 « Peace and Love », avec des figures telles que Joan Baez, Leonard Cohen ou Simon & Garfunkel.

« Peace and Love » : c’est justement parce que son pays, l’Algérie, avait été meurtri par une guerre civile fratricide, que la belle Souad avait pris le chemin de la France, comme des millions de ses compatriotes, qui ne se reconnaissaient plus dans un pays où dominait l’extrémisme religieux, et où l’influence occidentale - présente depuis les temps antiques romains - devenait péché capital, « haram », même sans Boko (Haram)…

Bref nous avons aimé ce disque de la première à la dernière composition, et nous l’avons écouté en boucle ! Souad y chante ses propres compositions, paroles et musique, en langue algérienne essentiellement. Pur style chaâbi, joyeux et dansant, pour « Ban Koulchi » ; balade folk à l’occidentale pour « Enta Wena », sur une mélodie pas algérienne du tout, qui aurait pu tout aussi bien pu être composée et chantée par une Joan Baez (les voix des deux artistes sont cousines) ; « Pays natal », superbe chanson écrite par Françoise Mallet-Joris et chantée jadis par Marie-Paule Belle, aux paroles de nostalgie et d’épices parfumées ; et même, clin d’oeil aux chansons qui passaient à la radio algérienne autrefois, chanson en égyptien, « Salam » - chanter en égyptien étant, pour les Maghrébins, l’équivalent de chanter en anglais pour les artistes européens, tant la domination égyptienne dans le milieu musical fut forte, pendant des décennies…

Bref un immense BRAVO à Souad, que nous attendons avec impatience de revoir sur scène, pendant les festivals d’été…. ou les concerts d’hiver !

 

Related Posts

MUZZIKA ! Octobre 2019. Israël : Noa, Letters to Bach

01/10/2019

Israël : Noa, Letters to Bach, More Management.

Sur France Musique il y a quelques années, un pianiste iranien déclarait que juste après Dieu, il y avait Bach, selon lui.