Algérie, la dignité retrouvée

Après l'ivresse de la victoire, les Algériens craignent désormais le saut dans l'inconnu. Le président Abdelaziz Bouteflika en poste depuis 1999 renonce à un cinquième mandat après des manifestations pacifiques depuis le 22 février dernier.

Des millions d'Algériens ont investi la rue pour exiger le départ d'un président physiquement incapable de gouverner et de son clan de prédateurs. Leur formidable mobilisation a payé mais le chemin vers une véritable démocratie risque d'être encore long et difficile.

On ne se débarrasse pas facilement du régime algérien. Une concession sur le renoncement à un 5ème mandat vite rattrapée par des propositions dont l'inconstitutionnalité n'a d'égale que le mépris qu'elles expriment envers le peuple.

Le scrutin du 18 avril est reporté sine die, une conférence nationale inclusive sera organisée pour une révision constitutionnelle. Le tout supervisé par les pires représentants du système. Moussa hadj ou hadj moussa comme dit le proverbe algérien pour cette énième ruse du pouvoir afin de se maintenir et préserver ses intérêts.

La ficelle est bien trop grosse pour duper qui que ce soit, mais elle confirme de nouveau que Bouteflika et son clan ne cédera pas la place sans livrer bataille. Et c'est bien là la crainte des Algériens qui continuent toutefois à occuper la rue parce que reculer maintenant reviendrait à signer un chèque à blanc au pouvoir pour longtemps encore.

Le peuple a recouvré sa dignité mais reste confronté à un vide douloureux de personnalités et de partis politiques crédibles pour mener la construction de la deuxième république. Le règne de Bouteflika a laminé l'opposition, détruit les espaces d'expression populaire, corrompu syndicats et organisations de la société civile.

Il a régenté le pays par la menace d'un retour au chaos tel que vécu durant la décennie noire de guerre contre l'islamisme armé. Ces dernières semaines les caciques du pouvoir n'ont cessé de brandir l'épouvantail de la violence islamiste alors que l'islamisme politique n'a jamais été aussi peu présent dans une révolution d'un pays musulman.

Toutes ces tentatives d'étouffer la révolution, car c'est bien de cela qu'il s'git, semblent bien pitoyables face à une détermination populaire sans précédent. Les Algériens entendent bien aller jusqu'au bout de leur projet de deuxième République qu'ils veulent construire eux-mêmes avec leurs potentialités et le réservoir d'énergie de leur jeunesse.

Le pouvoir algérien pourrait être tenté par le recours à la répression comme à chaque soulèvement populaire, mais pour l'édition 2019 il aura un ennemi invincible : la dignité retrouvée.



 

Related Posts

Kateb Yacine, l’écriture et la déchirure

17/03/2005

La relation qu’entretient Kateb Yacine avec la langue française est opposée à celle de Dib. C’est une position de fracture, de passage et d’abandon, qui se révèle dans le parcours tourmenté de sa carrière littéraire. Le français est pour lui une langue de transition et d’aliénation dont il a souhaité se défaire totalement au profit de l’arabe parlé et du théâtre populaire.

Les impacts de l'affaire "Panama Papers" et des scandales de corruption sur l'Algérie

09/04/2016

RM Pan 110Au lendemain de l'affaire Panama Papers révélée par un consortium de journaux d'investigation qui a éclaboussé des dirigeants politiques du monde entier possédant des comptes off-shore au Panama parmi lesquels le ministre algérien de l'Industrie, Abdeslam Bouchouareb, le Café presse politique (CPP) du jeudi 7 avril s'interroge sur les impacts de ce scandale… (Ebticar/Radio M)

Jamais soumise de Zohra.K.

18/08/2015

zohra 110Voici un livre énigmatique : comment peut-on supporter l'insupportable, l'abject, l'ignoble? Enigmatique mais surtout et d'abord difficile à lire, on suffoque rapidement, on fait des pauses, on peine à reprendre son souffle afin d'en poursuivre la lecture.