Poésies d’ Elizabeth Grech

La femme endormie

C’est toi qui l’as perçue

en moi

la femme endormie

enroulée,

allongée,

la main sous la joue,

poitrine au repos,

hanches charnues,

taille fine.

C’est toi qui l’as perçue

cette femme

capable autant que toi,

que je n’avais pas reconnue.

Ta main chaude sur mon ventre froid,

elle s’éploie dans son sommeil

s’ouvre telle une fleur

s’étire sous l’oeil de la lune.

Elle trouve sa place

dans les collines de mon corps,

jusqu’à ce qu’elle et moi

fassions

une.


Elizabeth Grech - (© Virginia Monteforte)


Il-mara r-rieqda 

Ilmaħtha int

il-mara rieqda

fija,

imrembla,

mimduda,

idha taħt ħaddha,

sidirha mistrieħ,

ġenbejha mlaħħmin,

qaddha fin.

Rajtha int

dil-mara kapaċi daqsek,

meta jien m’għarafthiex.

B’idek sħuna fuq żaqqi kiesħa

ħassitek, farfret ngħasha

u nfetħet fjura

titmattar f’għajnejn il-qamar.

Sabet postha

f’kull tidwira ta’ ġismi,

sakemm jien u hi

sirna

waħda.

 


 

Related Posts