L'agroécologie fait des émules en Algérie

Manger sain en cultivant son propre jardin...sans recours au pesticide. Ces pratiques agricoles respectueuses de l'écologie, nommées agroécologie, a ses adeptes en Algérie qui se mobilisent pour les développer et les faire connaître.

Cet apprentissage des méthodes agricoles souvent anciennes mais oubliées s'acquiert collectivement ou individuellement. L'association agroécologique Torba a ainsi créé un jardin partagé sur les hauteurs d'Alger-centre. D'autres Algérois cultivent leur propre lopin de terre en partageant leurs astuces sur les réseaux sociaux (instagram) .

Tous partagent la même conviction : les pesticides et les insecticides, utilisés dans l’agriculture industrielle, sont un danger pour la santé. Ils s'engagent donc pour « cultiver soi-même ce que nous consommons ».

Related Posts

«La vie sexuelle d’un islamiste à Paris» de Leila Marouane

08/10/2007

«La vie sexuelle d’un islamiste à Paris» de Leila MarouaneEn dépit de son titre, le dernier roman de Leila Marouane n’est pas une de ces dénonciations rituelles de l’islamisme, souvent assimilé dans l’imaginaire «républicain» algérien à une aberration mentale due à une frustration sexuelle collective. Mohamed, le héros, n’a rien d’un «militant islamiste». Il n’est pas barbu, ne connaît pas Oussama Ben Laden et ne nourrit pas le projet mortifère de faire exploser le métro parisien.

Algérie. Les syndicats autonomes face à la répression du gouvernement

03/07/2012

algsyn_110Les syndicats et autres organisations de la société civile algérienne souffrent. Les lois adoptées sur les associations, l’information et les partis politiques, ne sont pas conformes aux dispositions du Pacte international sur les droits civils et politiques, ratifié par l’Algérie.

Entretien avec Leïla Beratto

07/04/2016

baratto 110"Les migrants viennent en Algérie pour améliorer leur situation car ils trouvent du travail, surtout au Sud", explique Leila Beratto, sur Radio M, au lendemain des incidents survenus à Béchar entre des habitants de la cité OPGI et des migrants sub-sahariens. (Ebticar/Radio M)