DARNA, l’épanouissement par le théâtre

Darna signifie « notre maison » en arabe. Cette association tangéroise, dont le but est de soutenir les personnes en difficultés, et en particulier les femmes et les enfants, a été fondée par un collectif de citoyens en 1995. A l’origine, la structure souhaitait mettre à disposition un local pour les enfants des rues.

Selon ses propres mots, l’association « tend à promouvoir par des initiatives de développement local la réappropriation par des enfants, des jeunes et des femmes, dits en situations précaires et difficiles, d’espaces de vie, d’expression et d’apprentissage de leurs droits et de leurs devoirs. »

A partir de sa création, différentes activités se sont développées dans l’association, notamment la Maison des Femmes et le Théâtre.

L’idée de cette dernière activité était de « chercher à promouvoir le développement de la culture populaire dans la région de Tanger et à travers le royaume, en permettant différentes expérimentations artistiques et éducatives. »

Le théâtre Darna fait en conséquence partie du coeur de l’organisation. Il accueille des enfants dans des situations particulièrement difficiles, et leur offre des moments d’échange, de découvertes avec les autres et avec eux-mêmes grâce à des ateliers. Ceux-ci permettent notamment aux enfants d’encourager leur créativité et leur développement individuel.

Abdelghani Bouzian est le président de la coopérative Dakirat al Mostakbal - Mémoires d’Avenir -, créée pour la compagnie issue du Théâtre Darna. Il dirige les ateliers dédiés à ces enfants et a accepté de nous ouvrir les portes de cette maison de culture iconique de la ville du détroit.

Notre caméra s’est donc glissée, à pas feutrés, dans l’intimité de ce cadre.

 

 

*Contenu produit par ONORIENT dans le cadre du projet « Web Arts Résistances » avec le soutien de la Fondation de France.

http://onorient.com


 

Related Posts

Coloriste en herbe

25/09/2011

Coloriste en herbeA 24 ans, Ayoub Arafa cherche encore son style. Mais il fait déjà preuve d’un talent dans le maniement de la couleur. Aperçu en quelques toiles.

Much Loved de Nabil Ayouch

25/01/2016

Much loved 110Au Maroc, les réactions provoquées par « Much  Loved » ont pris une ampleur imprévisible. Dépassant les simples condamnations et les demandes de déprogrammation. Le film a fait l’objet de discussion au parlement au parlement tandis que circulaient sur internet des appels à l'exécution du réalisateur et de l'actrice principale, Loubna Abidar. (Ebticar/Arablog)

Goodbye Marocco

29/01/2013

gomar_110A l’occasion de la sortie du dernier film de Nadir Moknèche «Goobye Marocco», l’Aflam organise en présence du réalisateur une avant-première suivi d’un débat animé par Tahar Chikhaoui. Elle présente également un entretien entre? Benjamin Stora et Nadir Moknèche.