DARNA, l’épanouissement par le théâtre

Darna signifie « notre maison » en arabe. Cette association tangéroise, dont le but est de soutenir les personnes en difficultés, et en particulier les femmes et les enfants, a été fondée par un collectif de citoyens en 1995. A l’origine, la structure souhaitait mettre à disposition un local pour les enfants des rues.

Selon ses propres mots, l’association « tend à promouvoir par des initiatives de développement local la réappropriation par des enfants, des jeunes et des femmes, dits en situations précaires et difficiles, d’espaces de vie, d’expression et d’apprentissage de leurs droits et de leurs devoirs. »

A partir de sa création, différentes activités se sont développées dans l’association, notamment la Maison des Femmes et le Théâtre.

L’idée de cette dernière activité était de « chercher à promouvoir le développement de la culture populaire dans la région de Tanger et à travers le royaume, en permettant différentes expérimentations artistiques et éducatives. »

Le théâtre Darna fait en conséquence partie du coeur de l’organisation. Il accueille des enfants dans des situations particulièrement difficiles, et leur offre des moments d’échange, de découvertes avec les autres et avec eux-mêmes grâce à des ateliers. Ceux-ci permettent notamment aux enfants d’encourager leur créativité et leur développement individuel.

Abdelghani Bouzian est le président de la coopérative Dakirat al Mostakbal - Mémoires d’Avenir -, créée pour la compagnie issue du Théâtre Darna. Il dirige les ateliers dédiés à ces enfants et a accepté de nous ouvrir les portes de cette maison de culture iconique de la ville du détroit.

Notre caméra s’est donc glissée, à pas feutrés, dans l’intimité de ce cadre.

 

 

*Contenu produit par ONORIENT dans le cadre du projet « Web Arts Résistances » avec le soutien de la Fondation de France.

http://onorient.com


 

Related Posts

L’Boulevard, l’incontournable rendez-vous des musiques urbaines au Maroc

14/11/2013

boule 110Créé en 1999 par l’irréductible duo : Mohamed Merhari dit Momo et Hicham Bahou, L’Boulevard est vite devenu un laboratoire de recherche des musiques urbaines alternatives au Maroc. Il revient après une éclipse qui aura duré deux années.

Maroc: Entre survivre et s’affirmer

06/03/2008

Maroc: Entre survivre et s’affirmer2008, 4 ans après la réforme du Code de la Famille. Casablanca, capitale économique et mégapole de 3,5 millions d’habitants (officiellement)... Amal, Leïla, Ikram, Ghania, Amina et Kawtar y vivent leurs vingt ans. Leur priorité: travailler.

«La poésie en ses jardins», les Rencontres de poésie de Marrakech

29/03/2006

«La poésie en ses jardins»,  les Rencontres de poésie de MarrakechDu 30mars au 1er avril 2006 à Marrakech Pour la 3ème édition des rencontres Internationales de poésie de Marrakech et pour fêter dignement l’arrivée du printemps, L’Institut français de Marrakech propose de célébrer la beauté des jardins à travers le merveilleux langage de la poésie.