7ème Festival Cultures du Maghreb

  7ème Festival Cultures du Maghreb Passeurs de frontières: c’est le beau thème choisi pas l’association Trait d’union qui organise un festival pluridisciplinaire autour des cultures du Maghreb, en France, jusqu’au 30 avril.
L’objectif de ce 7ème festival est de créer des ponts entre les civilisations et les cultures et d’évoquer, en compagnie d'artistes et poètes, «les lieux de passage, réels ou imaginaires, d'un espace et d'une culture à l'autre et s'attarder sur ce mouvement mystérieux qui relie les langues et les pensées».
Point forts de la manifestation les «expériences vécues par les individus et la créativité dont ils savent faire preuve lorsqu'ils rompent, par un engagement personnel, avec une conception essentialiste de l'appartenance identitaire ou nationale».
Parrain de cette édition 2005, le poète marocain Abdellatif Laâbi, célèbre passeur de deux rives, rend hommage à ce festival qui «a voulu entourer de ses attentions ceux parmi ces passeurs qui ont taillé leur bâton de pèlerin dans le bois dont on se chauffe au Maghreb. Au-delà des vicissitudes et des déchirements de l'histoire, les convives maghrébins et français seront là pour dire, chacun à sa manière, cette terre, ces lumières et cette humanité du Maghreb qu'ils ont bel et bien en partage. N'est-il pas vrai qu'au bout d'innombrables traversées le passeur ne sait plus tellement d'où il vient ni quelle est sa destination? Les rives qu'il a mis un point d'honneur à rapprocher finissent par se confondre. Pour ce guetteur de l'infini, il n'y a plus dès lors que l'absolu de la quête».
Le programme est vaste: musique berbère, théâtre (La terre aux oliviers! Ecrire la Palestine, avec Panta Théâtre), chorégraphies (SURIYA, de la compagnie M'bonui Bantu), cinéma avec les projections de deux films marocains, Tenja de Hassan Legzouli et L'enfant endormi de Y. Kassari (en présence des cinéastes) et les rencontres cinématographiques sur le thème «Cinéma marocain: le tournant?». Poésie, avec la présentation d’une anthologie de la poésie marocaine, en présence de poètes francophones, arabophones et berbérophones, une veillée poétique avec Abdellatif Laâbi entouré de poètes, un cycle de rencontres sur Jean Genet («Jean Genet: figure du passeur», la table ronde «Genet, l'ordre sexuel et la transgression des tabous» et « Genet et les Palestiniens: poésie et politique». Enfin la mise en voix d'entretiens inédits de Genet par des comédiens»), et une conférence sur l’identité et la culture berbères. Antonia Naim
________________________________________________________________

Related Posts

17 octobre 1961, retour sur un massacre en plein Paris

14/10/2005

17 octobre 1961,  retour sur un massacre en plein ParisIl y a 44 ans, un massacre a eu lieu à Paris. Et aussi la plus grande rafle depuis celle du Vel’d’Hiv. Des centaines de disparus et de morts, des milliers d’hommes tabassés, parqués dans des stades, et humiliés. Et puis plus de traces pendant très longtemps. La mémoire est-elle toujours sélective? Nous choisissons 44 ans plus tard de revenir sur un massacre longtemps camouflé par l’Etat francais, longtemps oublié par les historiens, et qui n’apparait toujours pas dans les très officiels livres d’histoire de notre démocratie.

En Algérie, le droit des femmes continue d’être violé

08/03/2005

En Algérie,  le droit des femmes continue d’être violéSelon le gouvernement algérien, la série d’amendements, approuvés la semaine dernière par le Conseil des ministres, modifiant l’actuel code de la famille seraient destinés à «renforcer les droits de la femmes», les Algériennes ne semblent pas du même avis.

Portrait d’une Algérienne comme les autres

10/05/2010

Portrait d’une Algérienne comme les autresEn septembre Louiza Chennoub, 45 ans, fait ses valises pour rentrer en Algérie. Elle a au fond d’elle depuis des mois un sentiment de manque, d’une absence. Louiza est pourtant ce qu’on peut appeler un parcours réussi.