17 octobre: les livres qui témoignent

17 octobre: les livres qui témoignentComme autant de soubressauts d'une mémoire gangrénée et trouée, des livres aujourd'hui témoignent des exactions et des crimes de la République française contre les Algériens, sur son territoire et en Algérie.





La Torture dans la République de Pierre Vidal-Naquet
 
 
 
 
 
 
Le 17 octobre 1961, un crime d’Etat à Paris, Paris, éditions La Dispute, septembre 2001.
Un recueil de témoignages, de documents et d'analyses, comprenant des contributions de Nils Andersson, Étienne Balibar, Thérèse Blondet-Bisch, Roby Bois, Alain Brossat, Martine Déotte, Nicole Dreyfus, Jean-Luc Einaudi, Nabile Farès, René Gallissot, Samira Mesbahi, Anissa Mohammedi, Charlotte Nordmann,Yves Royer, Alain Ruscio, Benjamin Stora, Jerôme Vidal et Olivier Le Cour Grandmaison, ainsi que la reproduction de la quasi intégralité du numéro du journal Vérité-Liberté de novembre 1961. L'ensemble est complété d'une filmo/bibliographie commentée et d'une chronologie.

Ratonnades à Paris de Paulette Péju
Cette réédition des textes publiés par Paulette Péju en 1961 est complétée par une préface Pierre Vidal-Naquet, une introduction de Marcel Péju, un article de François Maspero et un texte de l'association "17 octobre 1961 : contre l'oubli" (signé par Sidi Mohammed Barkat, O. Revault d'Allonnes et O. Le Cour Grandmaison). "Le présent volume rassemble sous une même couverture deux petits livres publiés en 1961 par François Maspero [...]. Tous deux ont été aussitôt saisis par la police de M. Frey et de M. Papon, et n'ont donc connu, comme tant d'ouvrages, que la diffusion militante [...]. Les harkis à Paris, après une introduction historico-juridique qui a inévitablement pris un coup de vieux, sont essentiellement un dossier de plaintes déposées par les victimes, ou les ayants droit des victimes, devant l'autorité judiciaire pour des sévices, voire des meurtres, accomplis par les dits harkis contre des membres ou supposés membres du F.L.N.. [...] Ratonnades à Paris, publié en novembre 1961 sous le choc de l'événement, est avant tout une revue de presse. Il y est démontré que les mensonges de Maurice Papon et de Roger Frey ont été dénoncés très rapidement" (extraits de la préface).

La bataille de Paris: 17 octobre 1961"
Paris, éditions du Seuil, 1991.

"Le livre essentiel, qui fera rebondir l'enquête historique, est celui de Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris.
Fondés sur des sources largement, mais non uniquement, algériennes, le livre d'Einaudi n'a rien d'apologétique, mais il met en lumière ce qui a été le mensonge fondamental de Maurice Papon et de ceux qui l'ont couvert : il n'y a pas eu d'affrontement armé entre Algériens et policiers" (Pierre Vidal-Naquet, préface à la réédition du livre de Paulette Péju).
Ce livre offre une mise en perspective historique, un récit des faits construit sur les très nombreux témoignages, une évaluation du nombre des victimes (plus de deux cents) et divers documents.

La gangrène et l'oubli, La mémoire de la guerre d'Algérie, Paris, La découverte, 1991.
L'ouvrage de référence sur l'histoire de la mémoire de la guerre d'indépendance algérienne.

Nuit Noire, Un film de Patrick Rotman

Related Posts

Le gouvernement algérien veut éliminer les «petits partis»

05/07/2007

Le gouvernement algérien veut éliminer les «petits partis»Si la participation aux législatives du 17 mai 2007 a été aussi faible, c’est à cause de la multiplicité des «petites listes» qui a dérouté l’électorat et discrédité le scrutin, estiment les deux partis gouvernementaux, le FLN et le RND(*). L’élimination des «petits partis» de la compétition est ainsi, naturellement, la solution-miracle qu’ils proposent au discrédit grandissant de l’action politique, dont ils ont fait eux-mêmes les frais, leur audience ayant dégringolé vertigineusement pour l’un et stagné lamentablement pour l’autre.

Algérie. L’amour à vingt ans: une bataille contre les tabous

06/03/2008

Algérie. L’amour à vingt ans: une bataille contre les tabousPar leurs silences, leurs réponses laconiques et leur exubérance les jeunes algériennes expriment une volonté farouche de briser les carcans religieux et traditionnels.

Algérie. La Kahina, la femme qu’ils n’aiment pas

04/08/2012

kahi_110Cette figure du passé de l’Algérie représente la possibilité d’une diversité  insupportable aux yeux des tenants de la pensée unique.