Prix Natali: les lauréats de l’édition 2006

  Prix Natali: les lauréats de l’édition 2006 Le prix Natali existe depuis 1992, il s’adresse aux journalistes au service des Droits de l’Homme et de la Démocratie dans le monde en développement.
Crée par l’Union Européenne pour promouvoir le journalisme de qualité garant de la démocratie et des droits de l’homme, ce prix rend également hommage à Lorenzo Natali, ancien membre de la Commission européenne responsable du développement entre 1985 et 1989 et ardent défenseur des droits de l'homme. Il comporte cinq prix régionaux: zone Afrique, zone Asie et Pacifique, zone Europe, zone Amérique Latine et Caraïbes Asie et zone Monde Arabe, Liban et Israël.

Cette année, plus de 450 journalistes de la presse écrite et on-line issus de 108 pays ont participé au concours. Un jury indépendant composé de représentants d'organisations comme Reporters sans Frontières, Amnesty International et l'Association mondiale des journaux, ainsi que de grands journaux et agences de presse, a nominé 15 lauréats. 5 prix de 10 000 € euros ont été attribués aux auteurs des meilleurs articles.

Louis Michel, membre de la Commission chargé du développement et de l'aide humanitaire, s'est dit convaincu du rôle crucial que les journalistes jouaient dans la défense de la démocratie et des droits de l'homme. «Les droits de l'homme et la démocratie sont étroitement liés au développement économique et social. Sans démocratie, sans liberté de la presse, le développement ne saurait être durable»» a-t-il souligné.

C’est le journaliste sri lankais, Wijedasa Namini, qui a remporté le «Grand prix» Natali 2005 pour son reportage intitulé «Blatant Relentless Child Recruitment» sur le recrutement d'enfants-soldats chez les Tigres tamouls sri lankais.

Premier prix pour la région Monde Arabe, Liban et Israël, la journaliste libanaise Anne-Marie Jazzar el-Hage a été récompensé pour son article «Droits de l’homme: le drame des libanais détenus dans les geôles syriennes» publié dans L’Orient, Le Jour. Les deuxième et troisième prix de cette section ont été décernés respectivement à l’Egyptien Mustafa El Menshawy pour «Growing Anger at Arrests» paru dans Al-Ahram Weekly ,et à l’Algérien Azeddine Bensouiah pour «Immigration clandestine: Saga Africa», article paru dans Horizons.

Enfin le premier prix a été décerné au Tchadien Ahmad Zéïdane Bichara pour l’article intitulé «Centre de dressage pour les enfants et les épouses» publié dans Syfia. Celui-ci y décrit l’inhumanité des centre de dressage pour femmes et enfants. Ayant fuit son pays, il y a environ un an, Ahmad Zéïdane Bichara vient d’obtenir le statut de réfugié politique. Rédaction Babelmed
(14/03/2006)

Related Posts

17 octobre 1961, retour sur un massacre en plein Paris

14/10/2005

17 octobre 1961,  retour sur un massacre en plein ParisIl y a 44 ans, un massacre a eu lieu à Paris. Et aussi la plus grande rafle depuis celle du Vel’d’Hiv. Des centaines de disparus et de morts, des milliers d’hommes tabassés, parqués dans des stades, et humiliés. Et puis plus de traces pendant très longtemps. La mémoire est-elle toujours sélective? Nous choisissons 44 ans plus tard de revenir sur un massacre longtemps camouflé par l’Etat francais, longtemps oublié par les historiens, et qui n’apparait toujours pas dans les très officiels livres d’histoire de notre démocratie.

L’inattendu legs égyptien à l’Algérie

21/02/2011

L’inattendu legs égyptien à l’AlgérieLes Algériens n’ont pas importé la révolution égyptienne et la Place du 1er Mai ne s’est pas transformée le samedi 19 février en Place Tahrir. En revanche, ils ont emprunté le terme de «baltagia employé par le président déchu Hosni Moubarek pour désigner les manifestants.

L’attentat, Yasmina Khadra

06/03/2006

L’attentat,  Yasmina KhadraLe livre était là depuis des semaines, posé sur l’étagère de ma bibliothèque, et je n’arrivais pas à l’ouvrir. De Yasmina Khadra, je connaissais la puissance du verbe, le génie des situations, mais je savais aussi que L’attentat n’est pas de ces livres dont le lecteur sort indemne.