Si Mahmoud ou la renaissance d'Isabelle Eberhardt

  Si Mahmoud ou la renaissance d'Isabelle Eberhardt Elle disait: "La vie algérienne – celle des Musulmans – me plaît beaucoup". Elle dénonçait "l'odieuse conduite des Européens envers les Arabes", les militaires "arabophobes par métier", "le règne de la matraque". Elle vivait aux côtés des pauvres, ces "indigènes" que l'Europe méprisait. A cause de cela, elle fut suspectée, obligée de déclarer "ne pas être ennemie de la France". Mariée à un Algérien éduqué et francophone, pour les Européens néanmoins, "s'allier à un Arabe est la conséquence d'un vice". Féministe, elle dénonçait "la servante qu'est une épouse arabe pour son mari". Musulmane convertie, elle voulait créer des écoles pour filles. Lectrice assidue de La revue de l'Islam, elle aussi voulait combattre la "légende du fanatisme musulman", et prouver que "la doctrine du Coran n'est nullement incompatible avec les idées de civilisation et de progrès". Son témoignage, aujourd'hui que le choc Orient/Occident est ravivé, nous est d'une brûlante actualité. Catherine Stoll-Simon a un parcours étrangement semblable à celui d'Isabelle: voyageuse, adoptée par une tribu du sud saharien, et convertie à l'islam. Munie d'une érudition époustouflante, de Goethe à Massignon, Jung, Ibn Arabi, Abd el Kader ou Foucauld, et après des mois de recherches, l'auteur nous dévoile les étapes de la métamorphose – dont la Tunisie est une clé - de l'occidentale en l'orientale Isabelle, qui se fera appeler Si Mahmoud. Partageant une partie de son vécu, l'auteur nous montre ainsi qu'Isabelle, en devenant "une femme libre et soumise à Dieu à la fois", avait accompli en son être, moins une rupture avec l'Occident, qu'une fusion Orient/Occident.
Nadia Khouri-Dagher
(02/02/2007)

Related Posts

La Roumanie, l’alouette et le pan de mur. Notes sur un voyage

06/11/2006

La Roumanie,  l’alouette et le pan de mur. Notes sur un voyageTransylvanie 2006. L’été est ombragé comme la forêt de Transylvanie. C’est dans ce pays qu’ont vu le jour Lorand Gaspar, Emil Cioran, Eugène Ionescu, Paul Celan, Constantin Brancusi, Tristan Tzara, Anna de Noailles… Nous sommes dans les contrées où le monde latin jouxte le monde slave; où l’Occident est mitoyen de l’Orient.

Li- Ma-Teu - Ricci Matteo

02/05/2005

Li- Ma-Teu - Ricci MatteoJésuite italien aux capacités d’adaptation et d’apprentissage hors du commun, Matteo Ricci est le premier Occidental à avoir été enterré en terre chinoise où sa tombe est, aujourd’hui encore, vénérée. C’est aussi le premier à avoir établi une carte géographique de la Chine, un dictionnaire des langues chinoises et portugaises, à avoir traduit Euclide en chinois et Confucius en latin ... Peu connu en Europe, le frère Matteo Ricci reste pourtant le premier lien de connaissance et d’échange entre une Méditerranée bercée par la culture grecque et chrétienne et un Orient inconnu, craint et hermétique. Pour l’Encyclopedia Britannica: "Aucun nom européen n’est aussi connu en Chine que celui de Li-Ma-Teu, Matteo Ricci"

Partir

02/01/2008

PartirUn passeport français et deux mois de salaire en poche, m’ont suffit pour parcourir pendant 6 mois le pourtour méditerranéen, d’Athènes à Alger en passant par Istanbul, Beyrouth, Damas, Jérusalem, Le Caire, Alexandrie, Tripoli et Bejaia entre autres.