La tunisie fait vibrer ses cordes

  La tunisie fait vibrer ses cordes Festival Méditerranéen de la Guitare, du 21 au 26 mars 2006
L’édition 2006 comprend huit volets: Classique, Flamenco, Picking, Métal, Rock, World, Blues et Jazz.Visant en premier lieu les jeunes talents et les amateurs de guitare, ceux-ci auront l'occasion de d’approchant les virtuoses invités. Ils viennent de différents pays d'Europe, de la Méditerranée et d'ailleurs.

Festival de la Chanson Tunisienne, du 29 mars au 1er avril 2006
La commission de sélection, présidée par la poétesse Jamila Majri, a rendu publiques les créations retenues pour les trois concours : à savoir «spécial Festival», «chansons diffusées en 2005» et «la création musicale». Après avoir examiné près de 186 œuvres, celle-ci a finalement choisi 29 chansons (dont 21 créées spécialement pour le festival) et 10 créations musicales. Créé afin de donner un nouveau souffle à la chanson tunisienne, le Festival n’en est pas moins contesté par les chanteurs et musiciens tunisiens, malgré les récompenses substantielles atribuées par le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine.

Rédaction Babelmed
(21/03/2006)

Related Posts

Journal du Citoyen: Spécial Régions

15/07/2012

jdc_110_regionLes Libyens à Djerba: Oxygène de l’économie - Coupure d’eau d’irrigation à Borj Ettoumi: La saison agricole, survivra-t-elle? - Le tourisme à Yasmine Hammamet - Développement régional: Kasserine «Time for action»!

#PanamaPapers . La société oubliée de Noomane Fehri et Mahmoud Trabelsi

08/05/2016

pan2maggio-110Noomane Fehri, actuel ministre tunisien des Technologies de la communication et de l’Économie numérique, est cité dans les Panama Papers en tant que directeur éphémère d’une société créée dans les Îles Vierges Britanniques en 1994 par Mahmoud Trabelsi, un homme d’affaires et ami du ministre. Cette société est dissoute le 21 novembre 2011, un jour avant la séance inaugurale de l’Assemblée nationale constituante. Inkyfada

L'enfer des prisons tunisiennes

05/02/2016

inky enfer 110Emprisonnés pendant un mois dans la maison d'arrêt de Mornag pour possession de cannabis, les deux artistes Alaedine Slim et Atef Matâallah en sont ressortis. Ils racontent les conditions de vie inhumaines dans les prisons tunisiennes. (Inkyfada)