Rives rimées, rides mimées, la musicalité d'Inès Ammar

  Rives rimées, rides mimées, la musicalité d'Inès Ammar Rives rimées, rides mimées est un recueil de poèmes écrits entre 2001 et 2004. On y retrouve l’intérêt constant pour la musicalité et les jeux de mots, permettant ainsi l’ébauche d’un univers poétique complexe fait d’impressions et de sensations.

Cet univers porte aussi la marque d’une déchirure permanente entre ce qui est écrit et ce que le scripteur voudrait communiquer. Dans cette recherche se dévoile, en effet, la quête d’une inespérée maturité poétique qui est paradoxalement à l’origine de la continuité de l’écriture. En cherchant à se dire, à dire ce qui relevait de l’inavouable, l’auteure se laisse guider par les mots et accepte d’être à moitié déviée de la quête de soi-même pour explorer toutes les ressources de la langue et inviter le lecteur à ne pas rester au seuil de la première impression.

Tunisienne, née en 1979, Inès Ammar poursuit depuis 2001 des études doctorales en littérature et civilisation françaises à Paris. Elle écrit des poèmes et des nouvelles en langue française. Ses textes se caractérisent par l’intérêt porté à la musicalité. Ils cherchent à capter des instants divers, se veulent par moments des réflexions sur l’amour, l’homme et la poésie. Dans cette quête, l’image poétique reste majoritairement hantée par la nostalgie, la terre natale.

«Ancrage» est un extrait du recueil «Rives rimées, rides mimées» :

Ancrage
Dans l’exil des mots et des êtres
Je cherche la voix la chaleur
L’encens des ancêtres
Je reprends le cycle de la quête
Avec vigueur et fureur
Je joue avec l’Inconnu
Pour me trouver des racines carrées
Pour m’accrocher à l’arbre nu
Contre le déluge des senteurs
Contre les barreaux du passé
Walid Amor
(22/03/2006)

Related Posts

L’Art est liberté - pour une tunisianité sereine

13/08/2012

sereina_110Un très vaste collectif d’associations, structures artistiques et acteurs culturels de la société civile tunisienne ont organisé, samedi 30 juin, une manifestation baptisée « L’Art est liberté ».

#PanamaPapers . La société oubliée de Noomane Fehri et Mahmoud Trabelsi

08/05/2016

pan2maggio-110Noomane Fehri, actuel ministre tunisien des Technologies de la communication et de l’Économie numérique, est cité dans les Panama Papers en tant que directeur éphémère d’une société créée dans les Îles Vierges Britanniques en 1994 par Mahmoud Trabelsi, un homme d’affaires et ami du ministre. Cette société est dissoute le 21 novembre 2011, un jour avant la séance inaugurale de l’Assemblée nationale constituante. Inkyfada

Un think tank à vocation juridique et politique

25/10/2011

Un think tank à vocation juridique et politiqueLe Dr Ibrahim Al-Omari est superviseur du centre international d’études juridiques de Tunis. Une série de guides juridiques pour les partis politiques en Tunisie est en cours de réalisation dans son institut de Tunis. Le lieu a récemment ouvert. Interview.