Retour de Jérusalem 30 janvier 2009: La responsabilité de la communauté internationale

  Les bases possibles d’un accord: Taba, Beyrouth, Genève
La communauté internationale porte une lourde responsabilité dans le déroulement des évènements en Palestine car, en particulier sous l’administration Bush, elle a presque inconditionnellement pris parti en faveur des positions israéliennes.
  Une réalisation de plus en plus compromise: de la «feuille de route» au processus d’Annapolis
Irréalisme d’un document qui fourmille de détails et définit pour sa réalisation trois phases dont la seconde aurait dû permettre, dés la fin 2003, de remplir les conditions nécessaires à la création de l’Etat palestinien tandis que la troisième aurait débouché en 2005 sur un accord définitif. On sait ce qu’il est advenu de ce beau calendrier.
  Le rapport de force peut-il changer?
Il est clair aujourd’hui que le futur Etat palestinien ne pourra voir le jour qu’à partir de l’établissement d’un nouveau rapport de force.
   

Related Posts

Bil'In, trois ans de protestations contre le Mur

29/02/2008

Bil'In,  trois ans de protestations contre le Mur Tous les vendredis, les habitants du village palestinien de Bil'In protestent contre la "Barrière de Sécurité" qui les sépare de leurs champs. Ce 22 février, les personnes qui les soutiennent, venues du reste de la Cisjordanie et d'Israël, sont plus nombreuses que d'habitude : c'est le troisième anniversaire de cette manifestation hebdomadaire.

Collecte de fonds pour les hôpitaux de Gaza

08/01/2009

Collecte de fonds pour les hôpitaux de GazaL’Association appelle tous les soutiens aux Palestiniens, associations et individus, à envoyer des fonds destinés aux hôpitaux de Gaza et qui seront acheminés dans la Bande par un militant d’ISM, mi-janvier.

“Jerusalem, Our Home”, l’exposition revendication

25/06/2009

“Jerusalem,  Our Home”, l’exposition revendication"Jerusalem, Our Home". Le titre est à double sens. L'exposition porte sur l'intérieur des maisons durant l'âge d'or de la société palestinienne à Jérusalem, le Mandat britannique (1920-1948). Mais c'est aussi un cri de revendication d'actualité : "Chez nous à Jérusalem".