Papa, qui était Al-Hariri?

  Papa, qui était Al-Hariri? “Papa,” me demande mon fils, “qui était Al-Hariri?”
Bien avant que tu naisses, nous étions jeunes. Nous avons vécu la guerre. Nous avons vécu la laideur, la déchéance, la destruction. L’émigration était devenue l’unique solution. Et puis, la paix est arrivée, et avec elle, un homme souriant, constamment optimiste. Il nous a stupéfié. On nous a dit qu’il était riche, qu’il voulait reconstruire le pays et que son nom était Rafiq Al-Hariri.
A cette époque, la ville était une épave. On nous a dit qu’il allait commencer par le centre de Beyrouth, nous sommes donc descendus au centre, et nous avons regardé les bulldozers au travail. Puis ça a été au tour de l’électricité, des téléphones, des routes, des trottoirs, et petit à petit, nous avons vu la situation s’améliorer.
Les gens ont réappris à vivre normalement: acheter, vendre, et recommencer à penser à l’avenir. On nous a aussi parlé d’ «investissements», de “tourisme”, d’”infrastructures” et de “construction” ... A cette époque, j’ai rencontré ta mère et je suis tombé amoureux. L’optimisme était partout et ta mère et moi avons commencé à faire des plans pour le futur. Nous avons trouvé du travail, notre vie a commencé à devenir un peu plus facile, nous avons pu nous marier, et puis t’avoir, toi, certains que la guerres était derrière nous, et que la vie dont nous rêvions serait enfin possible. Nous n’avons plus pensé l’émigration ni au voyage. Pendant la plus grande partie de cette époque, Essam, Rafiq Al-Hariri était premier ministre. Le Liban a fait face à une série de crises sous son mandat: parfois le prix du dollar explosait, parfois c’était le Moyen-Orient (la région dans laquelle nous vivons) qui était saigné par les guerres et la mort. Et pourtant, et en dépit de tout cela, nous avons continué à rêver d’une vie heureuse et tranquille, surtout pour nos enfants. Papa, qui était Al-Hariri? J’ai souvent été en désaccord avec la politique de Al-Hariri. Par exemple, j’étais soucieux lorsqu’il s’est allié avec les hommes de Zaraan, ou lorsqu’il restait silencieux face à des dangers latents. J’avoue avoir été content de sa dernière démission. Contrairement à lui, je suis un contestataire né. Je ne l’ai pas compris à l’époque, et je n’avais pas réalisé qu’il essayait de sauver le pays du chaos.
Je me rappelle que lorsqu’il a reconstruit le centre de Beyrouth –où tu adores te promener- je ne me sentais plus dans ma ville. Cette sensation me rendait triste avant de comprendre que cette ville était devenue la tienne, et que Al-Hariri regardait vers le futur. Le fait est que, il était le seul à pouvoir faire quelque chose.
Pendant 15 ans nous avons été supporters et nous avons critiqué Rafiq Al-Hariri, que la paix soit sur lui. En d’autre termes, il était le seul qui comptait pour nous, puisqu’il était l’Etat lui-même, et que la politique tournait autour de lui.
Ton père, Essam, n’appartient à aucune secte ni à aucun parti et ne suit aucun mouvement. Je suis juste un citoyen, et tu dois être la même chose. Bien qu’il ne me connaissait pas et que je ne l’ai jamais rencontré, j’ai toujours eu l’impression que le succès de Al-Hariri dépendait de gens comme moi.
“Ok, Papa… mais alors, pourquoi l’ont-ils tué?”
Parce qu’il était libanais, et qu’il aimait le Liban comme nous. Comment puis-je expliquer cela ? Le Liban nous est encore interdit Yussef Bazzi

Related Posts

Beyrouth le 30 juillet 2006

31/07/2006

Je suis seul avec les images et les cris des victimes du nouveau carnage commis par l'armée israélienne: le village de Qana, à l'Est de Tyr, contrôlé par les Forces de l'ONU, célèbre par les noces bénies par un certain Jésus il y a deux millénaires, célèbre par un carnage commis par l'armée israélienne le 16 avril 1996 (avant-dernière en date des agressions israéliennes sur le Liban), QANA, CE MATIN, A DE NOUVEAU ETE LA CIBLE DES CRIMINELS DE TSAHAL: une habitation de trois étages ou dormaient une cinquantaine de civils, pour la plupart des femmes et des enfants, a reçu la carte de visite d'un superbe pilote israélien, aux nerfs d'acier et à l'étincelante technologie, capable de déchirer le ciel et d'atteindre une cible avec une précision admirable (camion de ravitaillement, camionnette surchargée de réfugiés, antenne de télécommunication, vélomoteur(!)…),

Beyrouth. Mémoire de guerre, songes de paix

21/11/2007

Beyrouth. Mémoire de guerre,  songes de paixPar dessous les cendres de la vieille ville, ensevelie pendant les longues années de guerre, une nouvelle ville est sortie.

Le Liban fait son cinéma

29/09/2003

Pour ne pas se perdre entre ses deux extrêmes, le Liban se fait son propre cinéma. Voilà des routes de l’imaginaire dans des cadres prédéfinis: intérieur nuit/jour puis extérieur nuit/jour.