L’enseignement poétique et philosophique de la parole soufie

  Dans son petit ouvrage intitulé Paroles soufies des derviches anatoliens, paru dans la collection ‘Carnets de sagesse’ chez Albin Michel, Sylvia Lipa Lacarrière nous trace un raccourci de la poésie des derviches anatoliens.

Ceux-ci, apparus au XIIIème siècle, introduisirent selon l’auteur un «chant porteur d’une spiritualité et d’une parole nouvelle» qui se greffa sur «ce rameau mystique de l’Islam qu’est le soufisme» et qui porta la marque d’un «doute fécond».

Yunus Emré fut le premier d’une longue lignée de moines et chanteurs derviches. Djalâl-ud-Dîn Rûmi, contemporain de Yunus, fonda l’ordre des derviches tourneurs et fut l’auteur de milliers d’odes lyriques en langue persane. (lire l’extrait).

Les photographies sont de Roland et Sabrina Michaud.

La Noria

Noria, pourquoi grinces-tu
Et pourquoi gémis-tu?
Je grince et je gémis d’amour pour Dieu.
Je suis noria et je suis eau souffrante
Dieu a voulu que je geigne et gémisse.
Mes ailes, mes bras sont arbre mutilé.
Chêne j’étais dans les montagnes,
Chêne tout dru vers Dieu dressé.
Mais on coupa mes branches,
On amputa mon tronc,
Et depuis je suis vielle,
Infatigable vielle
Tournée vers le poète, M’ont rabotée,
M’ont tanaisée, m’ont mortaisée
Les charpentiers.
Et depuis, par l’amour navrée,
Je geins de Vérité.
Yunus, toi qui connais la roue du monde,
Tu sais qu’aucun dessein ne trouve issue,
Que nul être humain ne demeure.
Noria navrée d’amour, je tourne,
Je grince et je geins.


Yunus Emré

L’oiseau vole dans les hauteurs,
Son ombre se hâte sur la terre
S’enfuyant comme ombre d’oiseau.
L’imbécile prend en chasse l’ombre,
Ne sachant pas
Qu’elle est le reflet de l’oiseau qui vole,
Ne sachant pas ce qu’est une ombre.


Jalâl-ud-Dîn Rûmi


Tout est un, la vague et la perle,
La mer et la pierre.

Rien de ce qui existe en ce monde
N’est en dehors de toi.
Cherche bien en toi-même
Ce que tu veux être puisque tu es tout.

L’histoire entière du monde sommeille
En chacun de nous.


Jalâl-ud-Dîn Rûmi
Redaction Babelmed

Related Posts

Autobiographie de ma grand-mère

23/11/2004

Autobiographie de ma grand-mère«Je me suis éteinte le 26 avril 1986, à l’âge de quatre-vingt-trois ans» ainsi commence La Nuit des Calligraphes, premier roman de Yasmine Ghata, dédié à sa grand-mère Rikkat Kunt, la grande calligraphe ottomane.

26e International Istanbul Film Festival: les prix

19/04/2007

26e International Istanbul Film Festival: les prixLe jury du festival du film d’Istanbul, qui s’est déroulé du 31 mars au 15 avril, vient de communiquer son palmarès.

Dossier de presse - La Turquie face à la guerre en Irak ( Mai 2003)

03/10/2003

Dossier de presse - La Turquie  face à la guerre en Irak ( Mai 2003)Quel sera le prix à payer par le gouvernement d’Ankara pour s’être montré infidèle?