L’héritage musical des Ottomans

  L’héritage musical des Ottomans L’héritage musical des Ottomans

L’Institut du Monde Arabe a publié en 2004, dans sa collection Musicales, un CD audio sur L’héritage ottoman qui donne à entendre quatorze pièces de musique classique turque par l’Ensemble Kudsi Erguner.

Cet enregistrement comporte un échantillon des deux traditions de la musique turque, la musique « savante » ou « classique » et la musique dite populaire.

Comme l’indique le livret du CD, la première est une synthèse des cultures véhiculées et élaborées depuis le XIIIe siècle par une élite de citadins lettrés d’origines multiples : Turcs, Arabes, Grecs, Arméniens, Slaves et Juifs, qui partageaient et forgeaient une culture commune. Au cours des siècles, un grand fossé s’est creusé entre d’une part cette musique savante et citadine et particulièrement istanbuliote, et de l’autre les musiques populaires, plutôt rurales, présentes dans les diverses régions de l’empire.

Ont ainsi subsisté deux traditions distinctes, surtout en musique et en poésie, avec des langues différentes : celle de l’élite, qui s’exprimait en langue « ottomane », mélange de turc, d’arabe et de persan, ou dans l’une ou l’autre de ces langues, et les cultures populaires, multiples, qui elles s’exprimaient dans divers dialectes, trucs arabes, arméniens, juifs, kurdes, chaldéens…

Le livret du CD offre également d’intéressantes explications sur les formes musicales que sont les makam et les fasil, sur les instruments - ney, kanun, kementche-rumi, ud, tanbur, def, bendir- et les interprètes. Rédaction Babelmed

Related Posts

Et maintenant, l’espoir

31/03/2015

kuebra 110bis« Je n’arrivais pas à croire ce que j’entendais à la télévision. Quelques mois plus tôt, de telles déclarations à la suite d’un attentat auraient été inimaginables…» Texte de Kübra Gümü?ay traduit en français dans le cadre du projet «Les Nouvelles Antigones».

Glob-note - Page: 20070824 Fazıl Say contre la censure et l’élitisme

15/11/2007

Glob-note - Page: 20070824 Faz?l Say contre la censure et l’élitismeJe viens de mieux comprendre, aujourd’hui, pourquoi j’aimais bien Faz?l Say .Je veux dire, pourquoi je l’aimais au-delà de son art. Pourquoi je l’aimais tout simplement en tant qu’être humain, en tant que pianiste et compositeur engagé s’efforçant de bâtir de nouveaux ponts musicaux entre le public populaire turc, peu habitué aux salles de concert classique, et les mélomanes qui l’applaudissent sous tous les cieux...

La Turquie et l’Europe: douloureuses fiançailles sans fin?…

28/03/2007

La Turquie et l’Europe: douloureuses fiançailles sans fin?…La Turquie a clairement annoncé son intention de devenir membre de l’Union, dès 1963… L’Europe politique n’était alors qu’aux premiers pas de sa construction et la démarche des Turcs s’inscrivait dans une ligne historiquement cohérente. Faire partie de l’Europe politique n’était-ce pas la vocation naturelle de la République turque?… Il a pourtant fallu flirter pendant plus de 40 ans avant que les fiançailles soient publiquement célébrées! Drôles de fiançailles d’ailleurs…