MUZZIKA ! Mai 2017

Pour ce mois de mai : Shahin Novrasli, pianiste de jazz azerbaïdjanais, fait rare ; un accordéoniste extra-ordinaire, le Serbo-Suisse Mario Batkovic ; l’inspiration napolitaine de Lalala Napoli ; les musiques balkano-gréco-turques métissées du Haïdouti Orkestar ; et les exils forcés chantés dans les langues de divers pays par Chet Nuneta. Le monde se mélange, se mélange…

 


 

Le coup de coeur de babelmed :

1-MAI-SHAHIN-NOVRASLI 250

SHAHIN NOVRASLI, Emanation, Jazz Village/PIAS 
Un pianiste de jazz venu d’Azerbaïdjan, on n’en croise pas tous les jours…  Et voilà une bien belle découverte que Shahin Novralsi, que nous ne connaissions pas, et dont c’est ici pourtant le cinquième album : et l’artiste s’est déjà produit sur des scènes internationales prestigieuses, telles le Royal Festival Hall à Londres ou le Festival de jazz de Montreux…Et si cette zone géographique du monde n’est pas - pas encore jusqu’à cet artiste ! - associée à de grands noms du jazz, le jazz nous prouve ici qu’il est bien devenu un langage universel, apprécié - et créé - partout sur la planète, du pôle nord au pôle sud, au même titre que Mozart ou Bach.Un SON singulier toutefois pointe ici : une vivacité, une singularité, une liberté - ce n’est pas du jazz américain, ni européen, et c’est en effet un univers nouveau qui s’ouvre à nous. Par exemple, cette manière d’intégrer des silences ou de jouer sur les touches du piano comme sur les cordes d’un ‘oud, les deux ou trois mêmes notes répétées, à l’infini (« Yellow nightingale »), un je-ne-sais-quoi, comme dirait Jankélévitch en parlant de musique, que les mots ne parviennent pas à traduire…
L’album a été co-produit par le grand pianiste américain Ahmad Jamal, et ce parrainage seul est déjà en soi une distinction. Ici, le pianiste a convié quelques artistes de renommée, dont André Ceccarelli ou Didier Lockwood. Shahin Novrasli était invité en Mai au Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés, et gageons que nous le verrons bientôt de retour en France et en Europe…

//Irakli Koiava - Shahin novrasli new album ,,Emanation,, jungle

http://shahinnovrasli.com

 


 

2-MAI-MARIO-BATKOVIC 250MARIO BATKOVIC, Invada Records

Voici le Phil Glass ou le Ludovico Einaudi de l’accordéon - et gageons que dans quelques années l’on dira en parlant d’un autre artiste : voici le « Mario Batkovic » de tel instrument…

Le compositeur et accordéoniste suisse Mario Batkovic est né en Bosnie, et est en train de révolutionner l’art et la manière de jouer de cet instrument. « Je me donne comme mission d’explorer tout le potentiel de nouveaux sons que l’on peut tirer de cet instrument », nous dit l’artiste - et nous le prouve !

En effet : voici un son totalement neuf pour l’accordéon. Mario Batkovic, formé à la Grande Ecole de Musique et de Théâtre de Hanovre en Allemagne ainsi qu’à l’Académie de Musique de Bâle en Suisse, nous offre ici une musique que l’on pourrait appeler expérimentale, mais que nous préférons appeler « neuve », car dans « expérience » il y a l’idée de ratés potentiels, ou d’inaudible car trop audacieux, mais ici rien de tout cela : c’est in-ouï au sens étymologique du terme, c’est-à-dire du jamais entendu, et c’est de la très bonne musique, tout simplement.

Musique répétitive, hypnotique, souvent grave, qui nous parle peut-être, à sa manière, de la terrible guerre fratricide qui sévit dans l’ex-Yougoslavie, au début des années 90, et dont le jeune artiste, né en Bosnie, porte sans doute la douloureuse mémoire…

Car la musique n’est pas faite seulement pour nous faire danser ou nous amuser, mais elle est aussi le moyen, pour ceux qui la créent comme pour ceux qui l’écoutent, d’évacuer des douleurs et des peines infinies… Transformer la tristesse en beauté : voilà le cadeau que nous font les artistes, en musique, en peinture, en poésie, en photo…

Un album magistral…

//Mario Batkovic Solo: RESTRICTUS (Accordion) [Official Music Video]

http://www.batkovic.com - www.invada.co.uk

 


 

3-MAI-LALALA-NAPOLI 250LALALA NAPOLI, Disperato, La Curieuse/L’Autre Distribution

Il y a deux ans, en juin 2015, nous vous avions parlé - avec enthousiasme - du premier disque de Lalala Napoli, nom du groupe que l’accordéoniste français François Castiello, d’origine napolitaine, a créé avec cinq autres amis musiciens (http://www.babelmed.net/muzzika/13853-muzzika-juin-2015-.html ).

Les voici de retour, et François nous chante ici tantôt en napolitain tantôt en français, des chansons traditionnelles revues à sa manière, ou ses propres compositions, créées dans ce même esprit napolitain, modèles mélodiques que l’on reconnaît tout de suite, tellement elles ont voyagé partout : en effet, les Napolitains ont émigré en masse depuis le XIX° siècle, en Europe mais aussi aux Etats-Unis et ailleurs, et ont emmené avec eux leurs musiques, que le monde entier connaît désormais : pensez à « O Sole Mio »…

Entre chansons mélancoliques et tarentelles endiablées, tout l’esprit napolitain nous est restitué ici, dynamisé, modernisé, actualisé : vivant, jusque chez ses enfants de la diaspora… Bravo François !

//Lalala Napoli Teaser album "Disperato"

http://lalalanapoli.blogspot.fr

 


 

4-MAI-HAIDOUTI-ORKESTAR 250HAÏDOUTI ORKESTAR, Babel Connexion - Tchekchouka/L’Autre Distribution

Voilà une fanfare que l’on imagine bien déambulant sous nos fenêtres, quêtant des sous au fil de son chemin… Composé de musiciens venus de divers pays des Balkans jusqu’à l’Anatolie, Haïdouti Orkestar propose une musique festive, pour animer fêtes et festivals…

Le chanteur, Zéki Ayad Çölas, chante en turc, en arabe, et en français ; Jasko Ramic à l’accordéon, porte un nom yougoslave ; Krassen Lutzkanov au saxo alto, un nom venu d’Europe de l’Est ; Denys Danielides au soubassophone et Pierre Rigopoulos à la batterie, portent des noms à consonance grecque ; et d’autres ont des noms qui sonnent français…

Nous avons vu juste : le groupe se présente comme le « fruit d’un croisement improbable de musiciens parisiens, grec, bulgare, turc et tsigane de Serbie », qui chante des airs traditionnels ou des compositions de musique « kurde, alévi, laze, rom et libanaise » - pour le Liban par exemple, une reprise du célèbre « Saalouni nass » de Fayrouz.

Musiques métissées donc, pour ce « Turkish, Gypsy and Oriental brass band », comme ils se nomment. Musiques de cuivres pour beaucoup, comme la jouaient les musiciens ambulants qui sillonnaient cette région des Balkans, et comme certains de leurs cousins, venus de Roumanie, le font encore, sous les fenêtres des Parisiens, certaines après-midis d’été…

Haïdouti Orkestra distille une musique bien joyeuse donc, et nul hasard s’ils ont été choisis pour la Bande Originale du film « La Vache », avec Ibrahim Maalouf, et s’ils ont déjà donné plus de 300 concerts en Europe…

Une musique pour débrider tout le monde, faire sortir les gens de chez eux, et les déconnecter de leur smartphones et tablettes…

//Haïdouti Orkestar - Babylone (Babel Connection Tour)

https://www.haidoutiorkestar.com

 


 

5-MAI-CHET-NUNETA 250CHET NUNETA, Agora-Chants migratoires, L’asso Chet/Inouïes Distribution

Voilà un bien joli projet : des chansons venues de partout dans le monde, que l’on chante dans leur langue. Telle est la spécialité du groupe Chet Nuneta, formé autour d’artistes vocales féminines, que nous vous avions présenté à la sortie de leur précédent album, en semptembre 2011 (http://www.babelmed.net/muzzika/6878-muzzika-septembre-2011.html)

Dans ce nouveau disque qui a pour titre « Agora-Chants migratoires », les chansons ont pour point commun de nous parler d’exil, de voyages sans retour, de frères ou de parents que l’on laisse au pays, d’amertume et de nostalgie… Car partout sur la planète désormais, l’on émigre, l’on part, l’on quitte la pauvreté, l’oppression ou la guerre, pour s’en aller ailleurs, forcé et contraint…

Dans ce nouvel opus, les chansons sont ainsi chantées en arabe marocain, en japonais, en portugais, en créole réunionnais, en bulgare, en xhosa qui est une langue parlée en Afrique du Sud, etc. Et l’on note une grande maîtrise dans l’art de chanter de chaque pays et culture, car nos artistes se sont formées à diverses traditions vocales du monde. Ainsi elles restituent, dans le titre japonais « Umi no nami », l’art de chanter typique à ce pays, avec ses modulations de voix toutes particulières.

Chansons d’exil, donc, telle la chanson sud-africaine « Zaïa », qui exprime ce qu’ont vécu de bien des femmes déplacées et réfugiées dans le monde … :

Quelqu’un peut-il me montrer le chemin ?

Ça fait longtemps que je marche et je cherche

Je ne trouve nulle part

J’ai perdu ma fille, elle s’appelle Zaïa.

Je la cherche et ne la trouve nulle part

Quelqu’un l’a-t-il vue ?

Elle porte une robe rouge,

Des chaussures noires et un chapeau bleu

Si vous la voyez,

Dites-lui que je la cherche, ma fille Zaïa…

 

//CHET NUNETA : AGORA - chants migratoires

http://chetnuneta.net

 


 

Nadia Khouri-Dagher

Mai 2017

 

 

 

 

 

Related Posts

MUZZIKA ! Septembre 2017

04/09/2017

mk0-Hayet-ayad-110Une rentrée toute en douceur… Hayet Ayad nous dévoile les chants de son âme, au plus proche du ciel et de la terre à la fois… Les Lo’Jo nous livrent un nouvel album intensément poétique et voyageur, puisant à tous les pays traversés, comme à leur habitude. Matthieu Saglio fait dialoguer son violoncelle avec la guitare flamenca de José « El Piru », dialogue flamboyant. Giovanni Mirabassi se surpasse dans un album époustouflant d’inventivité et de virtuosité. Enfin, Putumayo nous offre deux bijoux pour qui aime les musiques d’Italie, un album-souvenir des chansons d’autrefois, et un album à chanter à vos enfants… et à leur chiper le plus souvent !

MUZZIKA! Décembre 2010

17/12/2010

MUZZIKA! Décembre 2010Ravi Shankar nous donne une magistrale leçon de musique et de philosophie, dans un DVD-document. Alireza Ghorbani interprète les poèmes libres d’Omar Khayam. La Compagnie Montanaro livre ses chansons de trois années de voyages dans des pays meurtris. Manu Théron célèbre l’esprit métissé  de Marseille et Favio Esposito les rytmes napolitano-brésilienne. Bonne année... tout en musique !

MUZZIKA ! Mars 2016

13/03/2016

mk 0 mars16La Tunisienne Lamia Bedioui nous chante en grec, en napolitain, en sicilien, en marocain, en ladino, etc., des chansons populaires de toute la Méditerranée, dans laquelle elle se sent comme un poisson dans l’eau sur toutes ses rives, comme bon nombre d’entre nous Méditerranéens aussi, polyglottes presque par ADN… Le jeune groupe de jazz tunisien Jazz Oil émerge du terreau artistique fertile créé par la liberté nouvelle dans...