Dans les yeux des femmes

Dans les yeux des femmes
"Les contes de l'âge d'or"

 

"Je voudrais d'abord remercier les géographes d'avoir fait de la Méditerranée ce vaste espace qui s'étend jusqu'à la mer noire. Grâce à eux, nous allons projeter aussi ce beau cinema venu de l'Est." C'est par ces mots que Jeanne Biscioni a présenté la soirée de lancement de la 4e édition de "Films, Femmes, Méditerranée", à Marseille. Un festival exigeant, curieux qui explore les genres cinématographiques de toute la Méditerranée, à travers le regard des femmes.
Ce soir-là, sur les écrans, un film roumain "Les contes de l'âge d'or" revisite la période Ceaucescu en quelques histoires terribles et drôles: une agitation démesurée provoquée dans un village, à la veille de la visite d'un émissaire du parti communiste... Un père de famille qui ne parvient pas à tuer un cochon dans son appartement...Des légendes urbaines qui ont toutes leurs racines dans le réel. Devant les spectateurs, une des co-réalisatrices du film, Ioana Uricaru a autant d'humour que son film. Elle précise: "Oui, bien sûr, on riait beaucoup parce que c'était une manière de survivre. La vie elle-même était absurde. C'était très stimulant.!" (1)

Un espoir possible
Une rencontre rare que ce jeune festival aime à organiser. "Il ne s'agit pas de montrer ce qui l'a déjà été ailleurs." Jeanne Biscioni explore, défriche. Co-produit par Martin Scorcese, "Les mariées", un film grec de Pandelis Voulgaris n'a jamais été distribué en France. Ce film romanesque raconte le destin, dans les années 20, de centaines de femmes grecques, qui émigrèrent aux Etats-Unis, pour se marier et subvenir aux besoins de leurs familles. Une page de l'histoire de l'immigration oubliée, rarement évoquée dans la fiction, écrite par la romancière Ioanna Karystiani. "Cette année, dans notre sélection, je trouve qu'il y a une incroyable énergie qui se dégage de tous ces films. Comme si toutes ces femmes embrassaient le réel sans crainte. Comme s'il y avait, toujours, un espoir."

Le regard de Bania
La présentation, en avant-première du dernier film de Bania Medjbar, "Des enfants dans les arbres" a été un temps fort de cette édition. Deuxième fiction de la réalisatrice marseillaise, ce moyen métrage est une promenade dans Marseille, sur les pas de deux enfants, qui veulent aller voir leur père en prison. Un long chemin, sur lequel ils vont se perdre, faire des rencontres. Peut-être grandir un peu...Un regard généreux, sans cynisme ni manière. "J'écris pour Marseille", dit la cinéaste. Ses acteurs sont pour la plupart des non-professionnels et offrent une présence à l'écran, juste, authentique.

 

Dans les yeux des femmes
"Des enfants dans les arbres"


"Je ne veux surtout qu'on dise de moi que je suis une cinéaste engagée." Audacieuse, elle l'est certainement. Après des années de documentaire, la réalité ne fait pas peur à la réalisatrice. Une séquence de son film a été entièrement tournée pendant une procession religieuse, dans le quartier populaire du Panier. Du "cinéma direct" plutôt rare sur les écrans d'aujourd'hui. "C'est risqué d'aller dans la grande ville. Mais on peut y croiser le champ du possible..."


Jusqu'au 13 octobre, également à Hyères, La Ciotat et Miramas
www.films-femmes-med.org/
(1) Le film sort en salles le 30 décembre en France.

 


 

Emmanuel Vigier
(06/10/2009)

Related Posts

Cannes: fin d’un festival social, cohérent et sans enthousiasme...

25/05/2005

Cannes: fin d’un festival social,  cohérent et sans enthousiasme...Voilà, c’est fini. La bulle s’est évaporée rapidement, sans trop d’éclat. Les applaudissements ont été juste nourris ou polis. Sans grand enthousiasme. Le cinéma social, qui dénonce l’injustice, la violence sous toutes ses formes, l’horizon bouché des vies précaires, l’oppression sournoise, les blessures historiques et la dérive globale qui nous menace, a été à l’honneur. Tant mieux! Tout ce cinéma-là, est en effet important, utile à questionner les consciences, donc indispensable.

Les Saintes-Maries-De-La-Mer, le rendez-vous annuel des musiques gitanes en France

01/06/2010

Les Saintes-Maries-De-La-Mer,  le rendez-vous annuel des musiques gitanes en FranceInstallés sur des chaises, les musiciens jouent dans la nuit, leurs visages et leurs instruments éclairés par les flammes orange

One-woman-show ou l’humour certifié Aram

29/11/2010

One-woman-show ou l’humour certifié AramUn an après “Du plomb dans la tête”, Sophia Aram fait un retour retentissant sur scène avec ce show à faire dresser les poils de barbe. (Cet article est paru dans le n° 42 du «Courrier de l’Atlas»)