Vues sur Istanbul

 

 

Peut-on parler d'Istanbul sans la voir? A l'occasion de la parution du dernier numéro de La pensée de Midi , "Istanbul, ville monde", des intellectuels turcs ont participé dans le Sud de la France à un cycle de conférences sur la ville "insaisissable". Des paroles de Stanbouliotes qui ne se passent pas d'images.

C'est une ville "dont il est bien difficile de tracer les contours", comme le soulignent Nil Deniz et Thierry Fabre, dés les premières pages d'"Istanbul ville monde". Leurs invités, qui "vivent la ville de l'intérieur" ne vont jamais les contredire... Atilla Yücel est architecte et universitaire.

Pour parler d'Istanbul, il est venu avec des images, bien qu'il s'en méfie: "Les images d'Istanbul sont sinon fausses au moins limitées, partielles. Il est si difficile d'échapper aux lieux communs, aux visions orientalistes." L'architecte s'est attaché à montrer la ville dans son extraordinaire expansion, à travers des vues aériennes. "C'est une ville sans borne, sans limite, qui s'étend chaque jour."

La ville sans fin
Dans le texte publié par  La pensée de Midi , l'architecte tente d'organiser un voyage dans la ville sans fin, un voyage dans l'histoire du paysage de la cité: "Cette élégance tapageuse qui s'érige tout à côté de ces traces de pauvreté vous rappelle cette réalité due à l'absence de prévision, à la spontanéité et au développement hybride de la ville."

Atilla Yücel montre des images inattendues d'autoroutes qui s'entrelacent autour d'un pont séculaire. Et l'incontournable place de Taksim, "le vide au coeur de la ville." Insaisissable Istanbul, comme si les mots et les photographies ne suffisaient pas.

 

 

Vues sur Istanbul
Extrait de 'Becoming Istanbul' © Orguz Meric

 

D'Istanbul, Pelin Derviş a rapporté des pièces du beau puzzle qu'est "Becoming Istanbul", un projet "multimedia", qui se décline sur plusieurs supports. Le livre a été conçu comme une encyclopédie à laquelle une centaine d'auteurs a contribué. Cinq textes issus de cette nouvelle exploration d'Istanbul sont publiés par La pensée de midi. On y trouve l'histoire du sandwich au poisson, le "balik-ekmek", loin d'être anecdotique.

Photos, cartes, vidéos: "Becoming Istanbul" est conçu avec beaucoup d'images, notamment des vues de la ville de loin. Du ciel. Comme s'il fallait nécessairement s'éloigner d'Istanbul pour mieux la voir.

"Nous avons essayé de comprendre la ville. Il y a par exemple une centaine d'images accompagnés de textes qui aident à mieux saisir la topographie sociale." Le projet a déjà donné lieu à plusieurs expositions. Il va se décliner sur le web.(1) Comme la ville, il ne pourra jamais s'arrêter.

Percevoir l'éternité
L'anthropologue Altan Gökalp insiste lui sur l'imaginaire que la ville porte en elle. "C'est peut-être vue de la mer qu'on la perçoit le mieux. Qu'on perçoit son éternité."

"Si vous ouvrez vos yeux et votre coeur, vous vous rendrez compte qu'Istanbul est pleine de contradictions." ajoute Karin Karakaşlia. Elle aussi a fait appel aux images pour raconter "son" Istanbul ( voir interview ). A l'aide d'un "visioscope", l'écrivain déroule le film de dix années de sa vie auprès de Hrant Dink, intellectuel turc d'origine arménienne assassiné à Istanbul en janvier 2007.

"Clic-clac" écrit elle à chaque début de chapitre..."Clic-clac"...Les images se succèdent. Le sens de la ville échappe au fil des mots. "Attention" nous dit Altan Gökalp, "à vouloir trouver une raison à cette ville, on perd la raison..."


(1) Le site www.becomingistanbul.org devrait être mis en ligne avant la fin de l'année.

 


Emmanuel Vigier
(22/12/2009)

 

Related Posts

Only in Istanbul

01/09/2011

Only in Istanbul Certaines scènes étonnantes illustrent la complexité de la relation des stambouliotes à la pratique musulmane. Reportage

Glob-note - Page: 20070724

25/07/2007

Glob-note - Page: 20070724Turquie: chronique d’une élection annoncée… «Le Petit Prince» avait bien raison. Les grandes personnes de cette planète sont un peu bizarres!.... Pas la peine d’espérer, par exemple, qu’elles se mettent à tenir compte, ne serait-ce qu’un peu, de l’avis des plus jeunes qu’eux ! Encore moins d’espoir, quand il s’agit de prêter l’oreille aux suggestions formulées avec mille précautions par leurs propres enfants. C’est comme cela. Rien à y faire…

Istanbul par Ferrandez

13/12/2004

Istanbul par FerrandezBabelmed.net a commencé une revue des Carnets d’Orient que Jacques Ferrandez publie chez Casterman. Sorte de Delacroix contemporain, au regard diamétralement opposé à celui des Orientalistes d’hier, Ferrandez nous emmène à Istanbul, qui fut la ville cosmopolite par excellence. De bazar en quai du Bosphore, de «vapür» pour la rive asiatique en ballade sur les Iles des Princes, de cafés en…cafés, Ferrandez nous fait partager sa vision de la métropole turque, cette «Istanbul des peuples et des communautés, hymne à la diversité». Sa vision et un peu de sa désillusion aussi, tant il est frappé par le nivellement du cosmopolitisme qui résulte de la mondialisation.