Les sens du commerce: Alep, Beyrouth, Tunis

 

Les sens du commerce: Alep, Beyrouth, Tunis

Ce 18 décembre s'ouvre au Club Tahar Haddad, dans la Médina de Tunis, une manifestation culturelle intitulée "Les sens du commerce". Il s'agit d'explorer la thématique du commerce en Méditerranée sous plusieurs angles.Parmi les participants, des artistes et des intellectuels tels que Hoda Barakat, Habib Selmi, Gérard Oberlé, Hanan Kassab-Hassan, Yacine Essid, Habib Salha...

Les sens du commerce: Alep, Beyrouth, Tunis

C'est à travers une exposition photographique (signée Marc Carbonare), des ateliers, des tables rondes et des cafés littéraires ainsi que la projection de deux documentaires, que la manifestation souligne les différentes réalités des échanges en Méditerranée, notamment entre ses deux rives.

Les sens du commerce: Alep, Beyrouth, Tunis

L’expérience de trois villes, Tunis, Beyrouth et Alep fera l'objet de la première table ronde animée par trois chercheurs: Dalenda Larguèche, Franck Mermier et Jean-Claude David. Suivra un café littéraire le 19 décembre consacré à "l'art culinaire et littéraire en Méditerranée". Enfin, la manifestation s'achèvera par la lecture mise en espace des textes d'Albert Memmi, Nadia Khost, Hoda Barakat et Alessandro Barrico, et d'un café littéraire en présence de Hoda Barakat, Habib Selmi et Habib Salha.

Related Posts

Algérie: une cocotte minute sans soupape de sécurité

22/01/2011

Algérie: une cocotte minute sans soupape de sécuritéLes initiatives se multiplient pour forcer le pouvoir à s’amender. Marches , pétitions et actions de contestation tentent de façon un peu brouillonne de fédérer les aspirations de changement.

Journal du Citoyen n°6

03/12/2011

Journal du Citoyen n°6Tout en revenant sur le déroulement des élections, ce sixième numéro tente de tracer le nouveau paysage politique de la Tunisie au lendemain du vote. Le Journal du Citoyen est réalisé dans le cadre d'un projet de formation de journalistes porté par l'Institut Panos et le Syndicat National des Journalistes Tunisiens, avec le soutien de la Commission européenne.

26 janvier 1978, jeudi noir en Tunisie

25/01/2016

tun78 110Les groupes de manifestants et les grévistes furent fortement réprimés, tués ou blessés de sang-froid par la police qui leur tirait dessus même à partir de l’hélicoptère qui survolait les principales artères et surtout l’entrée Sud de la ville. Pour prêter main forte à la police, le gouvernement finit par faire appel à l’armée en début d’après-midi.