FICAM 2005

  FICAM 2005 L’Institut français de Meknès organise, en partenariat avec la Cinémathèque et le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France à Rabat, la cinquième édition du Festival International du Cinéma d’Animation de Meknès (FICAM), du 14 au 20 avril 2005.
Avec plus de 9500 entrées l’année dernière, selon les organisateurs, le FICAM est devenu un véritable événement consacré au cinéma d’animation au Maroc et plus largement en Afrique.
Pour cette édition 2005 trois axes sont prévus: la programmation cinématographique, bien sûr, avec une rétrospective, des hommages, une sélection de films récents, une section de films classiques, des formations et des séances scolaires, des expositions. Parmi les hommages, celui à l’un des maîtres du film d’animation en France, le réalisateur Jean-François Laguionie. Une rétrospective présentera l’ensemble de son oeuvre, longs et courts métrages confondus, dont son dernier long métrage présenté en avant première marocaine: FICAM 2005 L’Ile de Black Mor. Parmi les films récents présentés, Oséam, du cinéaste Seong Baek-Yeop, long-métrage sud-coréen qui a remporté le grand prix du Festival d’Annecy en 2004. Dans la catégorie « Films Classiques », seront proposés des dessins animés égyptiens réalisés dans les années quarante par les Frères Frenkel, pionniers du film d’animation dans le monde arabe ainsi que de grands succès du cinéma d’animation. Le festival offre aussi des cartes blanches à des structures partenaires comme l’Agence du court métrage, le festival d’Annecy ou encore l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris qui présentera des films d’étudiants.
Quant aux formations, elles constituent un des piliers du FICAM. Mises en place depuis trois ans, elles contribuent à l’émergence d’une dynamique créative au Maroc dans le domaine du cinéma d’animation. Deux ateliers seront organisés, du 10 au 19 avril 2005, et seront destinés à des étudiants issus d’écoles d’art marocaines, partenaires de la manifestation. Le premier atelier concernant le story board dans le cinéma d’animation permet d’explorer les différentes techniques de dessin. Le second propose une initiation pratique aux techniques spécifiques de l’écriture de scénarios de séries d’animation pour enfants. Trois évènements constitueront l’environnement artistique de FICAM 2005 : Les machines cinématographiques (créations originales s’inspirant de différents systèmes à effets optiques), une exposition proposée par l’AFCA (Association française du Cinéma d’Animation) autour de photographies de films et de réalisateurs d’animation, et une exposition qui retracera le parcours artistique du caricaturiste algérien Slim, auteur de dessins animés dont Bouzid et le train, court-métrage qu’il a réalisé en 1982.Autour du festival, des rencontres permettront au public d’échanger avec des artistes comme le réalisateur Jean-François Laguionie, Christophe Heral qui a composé la musique de L’île de Blak Mor et le caricaturiste Slim, ou des professionnels (Agence du court-métrage, Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, AFCA). Antonia Naim
________________________________________________________________

Related Posts

Fatema Mernissi: Quand la sociologie appuie le Printemps arabe

03/07/2011

Fatema Mernissi: Quand la sociologie appuie le Printemps arabeElle est la principale figure féminine de la sociologie au Maroc. Ses essais portent surtout sur la condition féminine au Maroc et dans le monde arabe, mais aussi sur le rôle de la société civile et sur l’islam numérique.

Le Maroc terre d’accueil ou de transit?

31/07/2014

medit melilla 110Le Maroc est davantage un passage migratoire qu’un pays d’accueil. Il est le dernier rempart qui sépare l’Afrique de l’Europe. Des sub-sahariens rêvant d’Europe s’y retrouvent souvent bloqués pendant de longues années, réduits à la mendicité et la prostitution. Ces Africains en terre africaine font face tous les jours au racisme et au rejet.

Jeux de billes

05/01/2007

Jeux de billes17 janvier - 14 février 2007, Fès, Maroc Un cabaliste voyait au XVIIème siècle se refléter à la surface courbe d’une goutte de mercure à la fois le macrocosme et le cosmos. Le propre de l’imagination a toujours été de vouloir transgresser les mondes clos. Les photographies de Abdelghani Bibt, exposées à la Gallerie du complexe culturel Al Houria, à Fès, proposent une illustration à la fois ludique et esthétique de ces «jeux de billes».