Festival Gnaoua et Musiques du Monde

  Festival Gnaoua et Musiques du Monde Le patrimoine et la spiritualité des Gnaoua du Maroc ainsi que les rencontres musicales dans ce «carrefour d'échanges et de dialogues»: telle est, selon les organisateurs, la «formule magique» du Festival Gnaoua et Musiques du Monde qui fête cette année son 8ème anniversaire.
Programmé dans la ville d’Essaouira entre le 23 et le 26 juin 2005, le festival accueillera les maîtres Gnaoua mais aussi des musiciens étrangers, issus du jazz, du rock ou de la musique world, passionnés de musiques du monde et de rencontres originales pour partager un formidable patrimoine musical, révélé par chaque édition.
L’année dernière 400 000 festivaliers, dont un grand nombre venus de l'étranger, étaient au rendez vous de cet extraordinaire laboratoire de fusions musicales qui s'est imposé comme un événement culturel majeur au Maroc, et qui a acquis ses lettres de noblesse auprès de musiciens internationaux et d'un public d'amateurs de plus en plus nombreux.
21 maâlems au total seront présents pour cette 8ème édition, avec, parmi les plus connus, Mahmoud Guinea, Hamid El Kasri, Mustapha Bakbou, Abdeslam Alikane. Autant de maîtres Gnaoua qui tiennent cette année à rendre un hommage spécial à un autre grand nom de la musique, Abderrahman Paca, l’un des fondateurs du groupe Nass El Ghiwane.
Pour la première fois, l’Égyptien Fathy Salama sera sur la scène d’Essaouira. Le pianiste compositeur, considéré comme l’inventeur de la «jeel», la pop arabe, précieux collaborateur de Youssou N’Dour sur son dernier album «Egypt», offrira à Essaouira un répertoire né de sa rencontre avec l’un des derniers virtuoses du rango (sorte de marimba venu du Sud du Soudan), Hassan Bargamoun, aux côtés de ses musiciens gnaoua égyptiens..

Parmi les autres grands artistes internationaux au programme de cette édition, le poète et musicien réunionnais Danyel Waro, le duo sénégalais et suédois Elika (violon) et Solo (kora), la magie des percussions indiennes avec le Singapourien Nantha Kumar, le bassiste guadeloupéen Étienne Mbappé du groupe Joe Zawinul Syndicate, le batteur franco-congolais Roger Biwandu, le flûtiste français Magic Malik, ex-membre du groupe Human Spirit, l’étonnant percussionniste arménien, Arto Tunçboyaciyan, entre autres…
Parmi les rencontres, le métissage berbéro-celtique du groupe Thalweg, incarné par 7 musiciens, tous désireux d’associer les musiques maghrébines (gnaoua, luth, percussions) et celtiques. À Essaouira, Aziz Sahmaoui, chanteur du désormais ancien Orchestre National de Barbès se prêtera au jeu de Thalweg.
Puis le trio jazz Bozilo, projet du pianiste serbe Boyan Z, du batteur franco-algérien Karim Ziad et du saxophoniste français Julien Lourau. Trois artistes pour trois initiales (Bo-Zi-Lo) et leurs sonorités afro-américaines, slaves et maghrébines.
La clôture de cette 8ème édition se fera avec la star sénégalaise Youssou N’Dour et son orchestre, le Super Étoile de Dakar : ils promettent un show 100 % africain...

Antonia Naim
________________________________________________________________

Related Posts

A vos Desk, prêts, partez !

11/01/2016

desk 110Site d’information en ligne, indépendant et payant, Le Desk vient de faire irruption dans le panorama désenchanté de la presse marocaine. Dans la rédaction de Casablanca, journalistes chevronnés et jeunes talents s’affairent pour enfourner chaque jour une info de qualité... Entretien avec Fatima-Zahra Lqadiri, sa Directrice Générale.

Promenade dans un souk.

01/03/2004

Promenade dans un souk.Le 10 ème Salon international du livre et de l’édition, qui s’est tenu à Casablanca du 13 au 22 février 2004, a commencé dans l’indifférence et s’est achevé dans le brouhaha et le désordre.

De l’usage des charniers au Maroc (I)

03/01/2006

Le mot charnier désignait dans le passé un lieu de sépulture commun, socialement admis. Dans son acception moderne, le terme désigne plutôt une fosse commune où on enterre les morts à la hâte ou dans le secret.