Festival Mawazine 2005

 

Festival Mawazine 2005

La capitale marocaine accueille du 18 au 25 mai la 4e édition du festival Mawazine, rythmes du monde, dédié cette année à quatre continents: l’Amérique latine, l’Afrique, l’Europe et l'Asie.
Le festival est né en tant que « écho d’une société plurielle et tolérante, riche de ses différences avec une naturelle vocation à l’ouverture ».
Le mot Mawazine, au pluriel, évoque en effet la diversité des chants et des danses. Et cette diversité sera bien présente avec une multitude d'artistes venus de Tunisie (Dorsaf Hamdani et Khaled Ben Yahia), du Liban (Nassim Maalouf), d'Espagne (avec Rafael Jimenez et Radio Tarifaet), de France (Les Sonneurs de Bretagne, Jean Baron et Christian Anneix), du Niger, du Mali, du Brésil, de Guadeloupe, de Venezuela (avec Oscar D’Leon, «El Rey de Los Soneros», le grand maître vénézuélien de la Salsa), de Belgique… et naturellement du Maroc avec une grande création de Abdel Wahab Doukkali, qui marquera avec une poignée d’autres artistes marocains comme Ihsan R'miki, Hadra Chefchaouen, Abdellatif Bayati et Salah Cherki cette présence marocaine dans la programmation du festival.
« Mawazine a fait le pari d’unir et de rassembler par et autour du beau. Beauté du mouvement, de la voix, du geste, mais également de toutes les expressions de l’émotion esthétique » expliquent les organisateurs qui annoncent, en marge du festival, des expositions d’art contemporain et des ateliers portes ouvertes où seront montrés les travaux des peintres et sculpteurs de la capitale.
Et ce n’est pas tout : Mawazine veut aussi générer de l’activité culturelle à tous les niveaux de la vie de la cité.
C’est ainsi que le dernier jeudi de chaque mois des récitals de musique classique sont organisés pour le plus grand bonheur des mélomanes de Rabat. Ces récitals ont pour cadre le tout nouveau Complexe Culturel de l’Agdal, aimablement mis à la disposition de Maroc Cultures par la commune Agdal-Ryad.
Enfin, le projet « Entr’Mawazine » développe le programme « Emergences », qui procure aux lauréats de la fondation Lalla Meryem l’opportunité de se produire devant un public exigent. Antonia Naim
________________________________________________________________

Related Posts

Mohamed Amine Sbihi: «Ce gouvernement ne sera jamais liberticide»

13/04/2012

Mohamed Amine Sbihi: «Ce gouvernement ne sera jamais liberticide»Il a reçu un bon accueil en remplaçant Bensalem Himmich au poste de ministre de la Culture au Maroc. Les progressistes ont même poussé un soupir de soulagement en voyant ce portefeuille confié à un homme issu du parti communiste marocain et non à un islamiste du Parti de la Justice et du Développement (PJD).

Coupe du monde 2010 : déception et rancoeurs

09/06/2004

Coupe du monde 2010 : déception et rancoeursGrosse Déception au Maroc dont la candidature à l’organisation du mondial vient d’être rejetée à Zurich au profit de l’Afrique du Sud. Depuis longtemps déjà le sport est la proie des idéologies, de la politique et de l’argent. Aujourd’hui la FIFA illustre bien ce que devient le sport à l’ombre de la mondialisation libérale. Occasion ratée: organiser la coupe dans un pays arabe aurait contribuer à rapprocher les peuples et à vider de son sens la logique de confrontation des civilisations.

Jeux de billes

05/01/2007

Jeux de billes17 janvier - 14 février 2007, Fès, Maroc Un cabaliste voyait au XVIIème siècle se refléter à la surface courbe d’une goutte de mercure à la fois le macrocosme et le cosmos. Le propre de l’imagination a toujours été de vouloir transgresser les mondes clos. Les photographies de Abdelghani Bibt, exposées à la Gallerie du complexe culturel Al Houria, à Fès, proposent une illustration à la fois ludique et esthétique de ces «jeux de billes».