Tanjazz 2005, sixième édition du Festival de jazz de Tanger

Tanjazz 2005, sixième édition du Festival de jazz de Tanger

Pour cette édition 2005, Tanjazz propose une programmation-mosaïque, composée d’artistes venus de 11 pays différents: Maroc, France, Japon, Espagne, Tunisie, Bulgarie, Cuba, USA, Belgique, Brésil, et Egypte. En effet, si le jazz s’est d’abord développé aux Etats-Unis, le monde entier se l’est approprié, l’enrichissant d’influences locales et de cultures savantes et populaires, favorisant sa quintessence, l’improvisation.
Tanjazz accueillera cette année, parmi les grands noms du jazz, un groupe de percussionnistes brésiliens, Batucada Batala, le quintet du pianiste afro-cubain Omar Sosa, as de l’impro, le guitariste Louis Martinez, et l'ensemble tunisien Wajdi Cherif Oriental Group. La voix rauque et blues de Nina Van Horn, les tonalités bulgares de l'ensemble Stefka Miteva, les jeunes musiciens guidés par le pianiste Benoît Greslebin du groupe Ayoka seront également de la partie ainsi que la formation française The Black Label Swingtet. Ronald Baker, trompettiste américain, sera la guest star du Saxtette, composé de six musiciens dont Daniel Hock et Carl Schlosser.

Le Maroc sera, entre autre, représenté par le quartet du pianiste Tawfik Ouldammar, qui mêle influences musicales orientales et modes jazz. Des artistes marocains en pleine ascension seront présentés, avec le groupe très festif Hoba Hoba Spirit, les musiciens de Darga et les rappeurs d'H-Kayne.

En marge des concerts et animations payantes, un «festival off» aura lieu sur les places publiques, et dans différents lieux de la nuit. Toute la ville, ainsi que les amateurs de jazz et néophytes seront invités à se laisser imprégner de musique jusqu'au petit matin. Dans la rue, sur la plage, dans les jardins, clubs, et hôtels, la musique sera partout.

L'oppotunité de découvrir les dernières tendances, les influences disparates, classiques ou modernes, d'un genre musical qui ne cesse de se renouveler.
________________________________________________________________

Tanjazz 2005, sixième édition du Festival de jazz de Tanger

Présentation de la Fondation Lorin
La Fondation Lorin, association sans but lucratif, existe depuis 1994. Elle est installée dans la medina, au cœur du quartier historique de beni Yder, à Tanger. Le bâtiment, laissé à l'abandon pendant des décennies, a été restauré par Philippe Lorin et aménagé pour la Fondation en un espace d'exposition et un espace atelier. Elle poursuit différents objectifs:
- accueillir des enfants des quartiers difficiles et les occuper en leur donnant une formation générale et aux arts plastiques.
- créer ou recevoir des manifestations à caractère culturel (Feitat: le Festival international de Théâtre Amateur de Tanger, TANJAzz le Festival de jazz de Tanger)
- conserver et enrichir la mémoire de Tanger
- promouvoir Tanger

La Fondation en quelques chiffres
10 ans d'existence
52 expositions
68 enfants passés par ses ateliers
3 personnes à plein temps (pédagogie, encadrement, administration) et 8 vacataires (cours de français et de math, architecture, histoire de l'art etc…)


Hannane Bouzidi

Related Posts

Les grivoiseries du mois d’avril dans la presse

07/05/2004

Les grivoiseries du mois d’avril dans la presseOn dit que les Marocains ne lisent pas la presse? C’est vrai en général. Mais il leur arrive parfois, comme en ce mois d’avril, de fréquenter assidûment les kiosques, de s’arracher certaines publications. A quelques jours d’intervalle, deux publications furent épuisées, en l’espace de quelques heures. Ce qui est un phénomène rare au Maroc. Et lorsqu’on ne trouvait plus les journaux, des amis serviables en faisaient des copies et nous les faxaient. Pendant plusieurs jours, les gens, qui raffolent des histoires sortant de l’ordinaire, ne parlaient que du contenu des articles de ces journaux. Plus sérieusement, la presse en ce mois d’avril s’est surtout préoccupée des réformes constitutionnelles en perspective. Tout le monde en parle, à droite comme à gauche, l’Etat comme la société civile. A force d’en parler, on va peut-être finir par les engager, ces réformes tant attendues.

Le Maroc à l’avant-garde de la réforme de l’islam?

19/11/2003

Le Maroc à l’avant-garde de la réforme de l’islam?Novembre 2003 L’Etat marocain semble avoir choisi sa voie. Il veut désormais encourager un islam modéré, tournée vers la modernité. Plusieurs événements semblent avoir contribué à le décider à engager des réformes. La cause immédiate du changement semble avoir été les attentats du 16 mai et leurs conséquences. Plus profondément, on pourrait en chercher les raisons dans les pressions exercées par les puissances «amies» du Maroc.

Maroc: l’injustice faite aux femmes en terre d’islam

25/09/2003

Depuis 1999, un grand débat anime la société marocaine: la réforme de la moudawana (Code du statut personnel).