Tanjazz 2005, sixième édition du Festival de jazz de Tanger

Tanjazz 2005, sixième édition du Festival de jazz de Tanger

Pour cette édition 2005, Tanjazz propose une programmation-mosaïque, composée d’artistes venus de 11 pays différents: Maroc, France, Japon, Espagne, Tunisie, Bulgarie, Cuba, USA, Belgique, Brésil, et Egypte. En effet, si le jazz s’est d’abord développé aux Etats-Unis, le monde entier se l’est approprié, l’enrichissant d’influences locales et de cultures savantes et populaires, favorisant sa quintessence, l’improvisation.
Tanjazz accueillera cette année, parmi les grands noms du jazz, un groupe de percussionnistes brésiliens, Batucada Batala, le quintet du pianiste afro-cubain Omar Sosa, as de l’impro, le guitariste Louis Martinez, et l'ensemble tunisien Wajdi Cherif Oriental Group. La voix rauque et blues de Nina Van Horn, les tonalités bulgares de l'ensemble Stefka Miteva, les jeunes musiciens guidés par le pianiste Benoît Greslebin du groupe Ayoka seront également de la partie ainsi que la formation française The Black Label Swingtet. Ronald Baker, trompettiste américain, sera la guest star du Saxtette, composé de six musiciens dont Daniel Hock et Carl Schlosser.

Le Maroc sera, entre autre, représenté par le quartet du pianiste Tawfik Ouldammar, qui mêle influences musicales orientales et modes jazz. Des artistes marocains en pleine ascension seront présentés, avec le groupe très festif Hoba Hoba Spirit, les musiciens de Darga et les rappeurs d'H-Kayne.

En marge des concerts et animations payantes, un «festival off» aura lieu sur les places publiques, et dans différents lieux de la nuit. Toute la ville, ainsi que les amateurs de jazz et néophytes seront invités à se laisser imprégner de musique jusqu'au petit matin. Dans la rue, sur la plage, dans les jardins, clubs, et hôtels, la musique sera partout.

L'oppotunité de découvrir les dernières tendances, les influences disparates, classiques ou modernes, d'un genre musical qui ne cesse de se renouveler.
________________________________________________________________

Tanjazz 2005, sixième édition du Festival de jazz de Tanger

Présentation de la Fondation Lorin
La Fondation Lorin, association sans but lucratif, existe depuis 1994. Elle est installée dans la medina, au cœur du quartier historique de beni Yder, à Tanger. Le bâtiment, laissé à l'abandon pendant des décennies, a été restauré par Philippe Lorin et aménagé pour la Fondation en un espace d'exposition et un espace atelier. Elle poursuit différents objectifs:
- accueillir des enfants des quartiers difficiles et les occuper en leur donnant une formation générale et aux arts plastiques.
- créer ou recevoir des manifestations à caractère culturel (Feitat: le Festival international de Théâtre Amateur de Tanger, TANJAzz le Festival de jazz de Tanger)
- conserver et enrichir la mémoire de Tanger
- promouvoir Tanger

La Fondation en quelques chiffres
10 ans d'existence
52 expositions
68 enfants passés par ses ateliers
3 personnes à plein temps (pédagogie, encadrement, administration) et 8 vacataires (cours de français et de math, architecture, histoire de l'art etc…)


Hannane Bouzidi

Related Posts

Juifs et musulmans de Tétouan. Témoignage

12/02/2014

tetou 110wwM’Hammad Bennaboud est historien, il connaît chaque pierre de la Médina de Tétouan mais aussi les grandes transformations que la ville a connues, du siècle dernier à nos jours. Il raconte l’histoire de la cohabitation entre juifs et musulmans à Tétouan.

Mohamed Amine Sbihi: «Ce gouvernement ne sera jamais liberticide»

13/04/2012

Mohamed Amine Sbihi: «Ce gouvernement ne sera jamais liberticide»Il a reçu un bon accueil en remplaçant Bensalem Himmich au poste de ministre de la Culture au Maroc. Les progressistes ont même poussé un soupir de soulagement en voyant ce portefeuille confié à un homme issu du parti communiste marocain et non à un islamiste du Parti de la Justice et du Développement (PJD).

De l’usage des charniers au Maroc (I)

03/01/2006

Le mot charnier désignait dans le passé un lieu de sépulture commun, socialement admis. Dans son acception moderne, le terme désigne plutôt une fosse commune où on enterre les morts à la hâte ou dans le secret.