Court métrage made in med

  Court métrage made in med La troisième édition du Festival du Court Métrage se tiendra samedi prochain à Tanger. Pendant six jours consécutifs. Une multitude de films (le plus bref de 9 minutes, le plus long de 28), provenant des différentes rives du pourtour méditerranéen, sera projetée. Au total 16 pays invités, en dehors du Maroc auquel est consacré une des sections du festival: «Special court métrage marocain».

Une table ronde aura également lieu le jeudi 15 septembre autour du thème: «L’impact des festivals de court métrage sur le développement des cinématographies nationales». Le court métrage, qui refuse d’être considéré comme le parent pauvre du septième art, aurait à l’inverse quelques leçons à donner à ce dernier.

Avec l’apparition du digital, le manque de moyen qui caractérisait récemment encore le court métrage est devenu un plus. Inventivité et trouvailles se frayent, semble-t-il, plus volontiers leur place dans ces brèves fictions en image, moins menacées par le phénomène d’homologation culturelle du cinéma traditionnel.


 

Related Posts

Ces Marocains qui sèment la terreur

04/04/2004

Ces Marocains qui sèment la terreurLes attentats du 11 mars à Madrid poussent à réfléchir à la nature et l’évolution de cette nouvelle forme de terrorisme mondialisé qui porte le label d’Al-Qaïda. C’est une forme nouvelle parce que relativement récente.

Panama Papers : silence gêné au royaume chérifien

09/04/2016

pan mar 110Alors que l’onde de choc ne s’est pas assagie à l’international faisant valser nombre de personnalités publiques, au Maroc la censure et l’autocensure sur le volet local de l’affaire renseignent sur le climat délétère qui règne au sein de la classe politique, de la société civile et des médias. (Ebticar/le Desk)

«L’étranger dans la langue» au Salon du Livre de Tanger

22/02/2007

«L’étranger dans la langue» au Salon du Livre de Tanger28 février – 4 mars, Tanger, Maroc Cette année, le commissaire du 11ème salon du Livre de Tanger, le romancier et poète français Bernard Desportes a proposé de recentrer l’évènement sur la langue afin de «remettre l’écriture au centre de nos débats». Cette question sera mise en relation avec une modernité, qui, pour exister, n’a nul besoin de chasser le passé mais se donne pour tâche de le réinterpréter.