Court métrage made in med

  Court métrage made in med La troisième édition du Festival du Court Métrage se tiendra samedi prochain à Tanger. Pendant six jours consécutifs. Une multitude de films (le plus bref de 9 minutes, le plus long de 28), provenant des différentes rives du pourtour méditerranéen, sera projetée. Au total 16 pays invités, en dehors du Maroc auquel est consacré une des sections du festival: «Special court métrage marocain».

Une table ronde aura également lieu le jeudi 15 septembre autour du thème: «L’impact des festivals de court métrage sur le développement des cinématographies nationales». Le court métrage, qui refuse d’être considéré comme le parent pauvre du septième art, aurait à l’inverse quelques leçons à donner à ce dernier.

Avec l’apparition du digital, le manque de moyen qui caractérisait récemment encore le court métrage est devenu un plus. Inventivité et trouvailles se frayent, semble-t-il, plus volontiers leur place dans ces brèves fictions en image, moins menacées par le phénomène d’homologation culturelle du cinéma traditionnel.



Related Posts

Jusqu’au sommet du Toubkal...

25/09/2011

Jusqu’au sommet du Toubkal...Une coalition d’associations a décidé d’organiser une opération de ramassage des déchets à Imlil, mais aussi à Sidi Chamharouch, jusqu’au sommet du Toubkal, en passant par le refuge de Nelter, situé au pied du massif du Toubkal. Reportage.

Mahi Binebine “As mascaras”

27/06/2005

Mahi Binebine “As mascaras”On connaissait Mahi Binebine pour ses romans Le sommeil de l’esclave, Cannibales, Pollens. Du 25 juin au 18 Septembre 2005 à Algarve au Portugal, on découvrira le peintre Binebine. Au coeur de sa peinture: un corps qui lutte contre l'exiguïté du cadre, se contorsionne, se rétrécie et s'allonge dans un combat sans fin, aspirant à se libérer des confins du tableau.

Radicalisation Sud-Sud, l’Etat marocain serait-il raciste?

08/09/2008

Radicalisation Sud-Sud,  l’Etat marocain serait-il raciste?Pour les milliers de Subsahariens qui affluent au Maroc depuis la frontière algérienne, le royaume n’est qu’une station de transit avant de rejoindre l’Europe, ultime étape d’un voyage périlleux. Un transit qui risque bien des fois de prendre des allures de terminus.(*)