La douleur de Duras

 

La douleur de Duras
Marguerite Duras

«Elle a toujours écrit en épurant de plus en plus : chaque fois un peu moins de mots et un peu plus de silences, un peu moins de cantabile et un peu plus de moderato. Elle a toujours vécu en ajoutant sans retrancher.»
Claude Roy, Nous, Gallimard, 1972

Un grand texte
Ecrit à la fin de la guerre, oublié dans une maison de campagne, retrouvé puis édité en 1985 , « La Douleur », est l’un des plus beaux textes de Marguerite Duras. Quand elle découvre le manuscrit, elle note : «J’ai retrouvé ce journal dans deux cahiers des armoires bleues de Neauphle-le-Château. Je n’ai aucun souvenir de l’avoir écrit. Je sais que je l’ai fait, que c’est moi qui l’ai écrit, je reconnais mon écriture et le détail de ce que je raconte, je revois l’endroit, la gare d’Orsay, les trajets, mais je ne me vois pas écrivant ce journal. Quand l’aurais-je écrit, en quelle année, en quelles heures du jour, dans quelle maison? Je ne sais plus rien. Ce qui est sûr, évident, c’est que ce texte-là, il ne me semble pas pensable de l’avoir écrit pendant l’absence de Robert L.
Comment ai-je pu écrire cette chose que je ne sais pas encore nommer, et qui m’épouvante quand je la relis. Comment ai-je pu de même abandonner ce texte pendant des années dans cette maison de campagne régulièrement inondée en hiver.La première fois que je m’en soucie, c’est à partir d’une demande que me fait la revue Sorcières d’un texte de jeunesse.
LA DOULEUR est une des choses les plus importantes de ma vie. Le mot “écrit” ne conviendrait pas. Je me suis trouvée devant des pages régulièrement pleines d’une petite écriture extraordinairement régulière et calme. Je me suis trouvée devant un phénoménal désordre de la pensée et du sentiment auquel je n’ai pas osé toucher et au regard de quoi la littérature m’a fait honte.»

Sorte de journal de bord d’une attente et d’un espoir, l’attente du retour de camp de concentration de son mari Robert L., la douleur raconte aussi l’espoir qu’il soit vivant, le retour et le temps de la réinsertion dans le monde des vivants.

 

La douleur de Duras
Arlette Téphany

Une grande comédienne au service d’un texte émouvant, Arlette Téphany, seule sur scène, dit les mots de Duras comme si elle en était habitée depuis toujours. «dès ma première lecture de LA DOULEUR (j’étais alors responsable du C.D.N. La Limousine) j’ai pensé à dire ce texte, à le partager avec un public, pourtant je ne suis pas une fanatique du “show” solitaire. Toute ma vie de théâtre s’est fondée sur la troupe. J’ai toujours eu besoin d’être entourée de la solidarité, de l’amitié, des conflits, des plaisirs contradictoires du travail en équipe.
C’est pourquoi je ne considère pas ce que je raconte avec les mots de Duras, comme un spectacle, bien que je sois sur un plateau pendant plus d’une heure, avec un peu de musique et quelques effets de lumière. C’est un récit que je me suis approprié, comme si je l’avais vécu puis écrit. Maintenant je le livre.
Est-ce que j’ai honte de raconter cette “chose” comme son auteur l’eut de l’écrire? Sans doute, oui. Je ne sais pas. Cette chose si lourde est tellement nécessaire. Je n’ose pas dire belle. Il s’agit en tout cas d’une prose théâtrale, la phrase est faite pour être dite, tant elle est simple, claire, précise et toujours en situation... Comme si le théâtre alimentait l’écriture de Marguerite Duras malgré elle... ce talent si particulier qui était le sien de faire vivre et parler un personnage. Et dans cette honte il y a aussi de la fierté. La fierté de faire entendre ce texte. Une vie toute entière contre les forces de la nuit.
Et ce m’est à chaque fois une émotion de me promener par les villes, la main dans la main avec Marguerite, de lutter grâce à elle contre l’oubli, l’indifférence, la peur et de vaincre pour un moment l’éphémère».Mettant tout l’éclat de son talent, au service de cette douleur, elle abandonne pour la première fois l’esprit de troupe qui a toujours caractérisé sa carrière et sa perception du théâtre, et se retrouve seule sur scène face à ce texte poignant, proche d’un combat de boxe, qu’elle gagne haut la main.

Pour l’épauler dans cette aventure, Julien Téphany, a imaginé une mise en scène particulière qui évoque les cents pas, ceux de l’éternelle attente… Rédaction Babelmed
(10/11/2005)

 

Related Posts

La paix en Méditerranée, à quelles conditions?

07/07/2009

La paix en Méditerranée,  à quelles conditions?Le REMU organise, du 5 au 12 juillet à la Faculté Ain Sebaâ de Casablanca, la première édition de l’Université Libre de la Méditerranée. Une soixantaine d’étudiants et de professeurs s’interrogeront et débattront sur les conditions de la paix en Méditerranée.

Festival Gnaoua et Musiques du Monde

05/05/2005

Festival Gnaoua et Musiques du MondeDu 23 au 26 juin 2005 Essaouira, Maroc Le patrimoine et la spiritualité des Gnaoua du Maroc ainsi que les rencontres musicales dans ce «carrefour d'échanges et de dialogues»: telle est, selon les organisateurs, la «formule magique» du Festival Gnaoua et Musiques du Monde qui fête cette année son 8ème anniversaire.

Survivre à la marocaine

06/12/2003

Survivre à la marocaineIls appartiennent à toutes les catégories d’âge et viennent de tous les horizons: des jeunes et des moins jeunes, chassés des campagnes par la misère, des vieillards sans ressources, des femmes abandonnées, des diplômés chômeurs qui ne trouvent pas de place sur le marché du travail, etc. Leur point commun est de refuser de baisser les bras, de tendre la main pour mendier.