Un nouveau soutien aux producteurs et scénaristes méditerranéens

  Un nouveau soutien aux producteurs et scénaristes méditerranéens Dans l’ensemble des pays de la zone MEDA, les professionnels de l’image rencontrent des problèmes similaires dans la phase de développement des projets cinématographiques. Ces problèmes sont essentiellement liés à un manque de formation dans deux métiers cruciaux : producteurs et scénaristes. Il n’est en effet pas rare dans ces pays de rencontrer des réalisateurs qui sont à la fois scénaristes et producteurs, et ce, non par choix, mais par défaut.

Or, beaucoup de grands cinéastes, tels Elia Kazan, l’ont dit et redit : «Un bon film, c’est trois choses. Un bon scénario, un bon scénario et … un bon scénario». Un bon scénario, c’est avant tout un bon scénariste. Mais c’est aussi le talent d’un bon producteur que de savoir offrir au scénariste les meilleures conditions morales et matérielles de travail.

En effet, un bon producteur n’est pas uniquement un financier. C’est aussi et surtout le premier spectateur d’un film rêvé, d’un film qui n’existe pas encore. C’est donc un professionnel qui doit être sensible aux arguments artistiques du projet qu’il défend. Pour cela, une bonne relation et une bonne entente entre le producteur et le scénariste sont indispensables. C’est pourquoi il apparaît important de rassembler ces deux métiers du cinéma dans des périodes communes de rencontre et d’échanges pour qu’ils apprennent à mieux se connaître, à communiquer et à travailler ensemble.

Meda Films Développement (M.F.D) a donc pour objectif d’accompagner des producteurs et des scénaristes au cours du développement d’un projet de long métrage, dans cette phase essentielle à la réussite du film. C’est la manière dont elle est conduite qui permet d’assurer la faisabilité, la qualité et le succès de l’entreprise.


M.F.D s’adresse aux producteurs des pays Meda, accompagnés de leur auteur.
Chaque année, 10 producteurs ayant un projet de long métrage en développement seront retenus. Ils assisteront aux ateliers en compagnie de l’auteur du projet, soit au total 20 bénéficiaires par an, pendant trois ans.

Dans les pays Meda comme dans beaucoup d’autres pays y compris en Europe du Nord, le travail concerté entre auteurs et producteurs n’est pas une évidence, or chacun s’accorde à dire qu’il est le ciment de l’identité du film, de sa potentielle qualité et de sa viabilité.

Le but de la démarche de M.F.D est de permettre aux scénaristes et producteurs d’acquérir une autre façon de concevoir, réfléchir et travailler sur les premières étapes d’un long métrage. Ce choix relève de plusieurs ambitions qui convergent toutes vers l’amélioration de la qualité et l’aboutissement des projets.

Souvent les scénaristes et les producteurs se forment sur le tas, cette situation est d’autant plus vraie dans les pays Meda. Leurs connaissances se forgent donc au fur et à mesure de leur expérience. M.F.D se propose d’accueillir des professionnels à tous les stades de leur carrière.
Cette possibilité de réfléchir et de travailler ensemble dés ce stade de développement d’un projet de film est une des richesses du programme proposé.

Le comité de sélection s’attachera à la fois à la réalité du binôme producteur/auteur et à la qualité du projet présenté.

M.F.D s’inscrit dans le cadre du programme Euromed Audiovisuel II subventionné par la Commission Européenne. C’est une initiative de la société Ali n’ Productions (Maroc), en partenariat avec Equinoxe TBC (France), Nomadis-Images (Tunisie) et Stand by srl (Italie). Avec l’appui de La Fondation du Festival International du Film de Marrakech en partenariat avec le Centre Cinématographique Marocain. (11/1/2006)
________________________________________________________________

Related Posts

Le Maroc terre d’accueil ou de transit?

31/07/2014

medit melilla 110Le Maroc est davantage un passage migratoire qu’un pays d’accueil. Il est le dernier rempart qui sépare l’Afrique de l’Europe. Des sub-sahariens rêvant d’Europe s’y retrouvent souvent bloqués pendant de longues années, réduits à la mendicité et la prostitution. Ces Africains en terre africaine font face tous les jours au racisme et au rejet.

Maroc: la presse à l’heure des bilans

15/01/2004

Maroc: la presse à l’heure des bilansLa fin de l’année a été bien morose au Maroc, à la mesure des bilans axquels se sont livrés les principaux magazines d’actualité. Les bonnes nouvelles de ce début 2004 en matière de droits de l’homme suffiront-elles à rendre les marocains plus optimistes?

L’eau, bien commun de l’humanité

22/03/2006

L’eau,  bien commun de l’humanitéA l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, le 22 mars 2006, Emmaüs veut faire prendre conscience à l’ensemble de la communauté internationale que la situation de sécheresse que vit actuellement le continent africain ne peut être résolue par les seules actions d’urgence lancées par les pays du Nord. Emmaüs Afrique et Emmaüs International exigent des politiques de long terme pour le droit à l’eau en Afrique.