«Je voudrais vous raconter…»: Dalila Ennadre à la rencontre des femmes marocaines

 

«Je voudrais vous raconter…»: Dalila Ennadre à la rencontre des femmes marocaines
Du film Je voudrais vous raconter…

Anniversaire de l’entrée en vigueur du nouveau Code de la famille
Le nouveau Code de la famille marocain fête ses deux ans. Adopté à l'unanimité par la Chambre des députés le 16 janvier 2004 et entré officiellement en vigueur le 9 février 2004 par sa publication au Bulletin officiel. Encouragé par le jeune roi Mohamed VI qui a dû trancher les derniers points litigieux, le «moudawana» (Code de la famille) repose sur le principe d'égalité juridique entre hommes et femmes. Les Marocaines ne sont plus les mineures à vie qu'elles étaient sous l'ancienne législation. Affranchies de la tutelle de leur père et de leur frère, elles peuvent librement choisir leur époux (l'âge légal du mariage passe de 15 à 18 ans, comme pour les hommes), refuser la polygamie et demander le divorce ; elles ont la même responsabilité que leur conjoint dans la gestion de la famille et des droits quant au partage des biens ; la répudiation par le mari, que de nombreuses association de femmes aurait aimé voir purement et simplement supprimée, doit être autorisée par un tribunal et ne peut plus être orale. Ce nouveau texte de loi prévoit aussi la création de tribunaux de la famille. (cf. www.rfi.fr/actufr/evenements/ephemerides)

«Je voudrais vous raconter…»: Dalila Ennadre à la rencontre des femmes marocaines
Dalila Ennadre

Le film documentaire de Dalila Ennadre
Ce changement représente un énorme espoir pour 13 millions de marocaines. Mais près de 70% d’entre elles sont analphabètes et la plupart n’ont pas accès à l’information. Il est juste de se demander si elles pourront bénéficier des nouvelles lois alors qu’elles en ignorent toujours l'existence. Il est également équitable et juste de mettre en regard de ce mouvement d'émancipation la position des intégristes lesquels se sont jusque-là toujours farouchement opposés au changement et donc à l'évolution libératoire du statut de la femme. Autant d’interrogations qui sont d’une actualité brûlante au Maroc.
Dalila Ennadre a voulu rencontrer les principales protagonistes concernées. Ces femmes dont on parle tant, mais à qui on ne donne jamais la parole. Dans la lignée de plusieurs films sur les femmes, la réalisatrice s’immerge cette fois dans le quotidien de femmes marocaines de conditions différentes et qui représentent la majorité : paysannes, ouvrières, femmes des banlieues…
Le portrait croisé de ces femmes, sur le principe d’une journée “ type ”, du réveil au coucher, constitue le corps principal du film. Les différents récits s’entremêlent et racontent finalement une même histoire.
La projection sera suivie d'une rencontre avec la réalisatrice présente à cette occasion.
Cette soirée, pilotée par l’Institut Français de Meknès, est en tournée dans les Instituts Français de Tanger, de Fès, de Rabat, de Marrakech et d’Agadir. Rédaction Babelmed
(09/02/2006)

Related Posts

Entretien avec Sanna Elaji

21/04/2007

Entretien avec Sanna ElajiJournaliste, romancière, blogueuse, Sanna Elaji, a 30 ans et une plume incisive. Un de ses récents articles, Blagues: comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique, publié dans Nichane lui a valu, ainsi qu'à son rédacteur en chef Driss Ksikes, un procès en janvier dernier. APN (Arab Press Network) s'est entretenu avec cette jeune journaliste.

Personnages en quête d’un printemps marocain

17/12/2011

Personnages en quête d’un printemps marocainAu Maroc, les manifestations continuent. Rencontres avec des jeunes contestataires investis dans le mouvement du 20 février pour mieux comprendre leurs motivations.

Maroc: la littérature pour dire les années de terreur

28/01/2004

Maroc: la littérature pour dire les années de terreurDepuis le début du nouveau règne au Maroc (1999), les récits fleurissent sur la répression pendant les années de plomb: la terreur entretenue par le régime et sa police au mépris de toutes les lois, la torture dans les lieux tristement célèbres comme Dar Lmokri à Rabat ou Derb Moulay chérif à Casablanca, les nombreuses disparitions non encore élucidées et l’enterrement des citoyens dans les bagnes-oubliettes du désert en plein vingtième siècle (Tazmamart, Kalaa Mgouna).