L’eau, bien commun de l’humanité

  L’eau, bien commun de l’humanité Emmaüs Afrique et Emmaüs International, ayant choisi comme axe politique prioritaire l’eau en tant que bien commun de l’humanité, souhaitent, à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau du 22 mars 2006, faire prendre conscience à l’ensemble de la communauté internationale que la situation de sécheresse que vit actuellement le continent africain ne peut être résolue par les seules actions d’urgence lancées par les pays du Nord.
Pour nous, acteurs de la société civile africaine, qui travaillons avec les plus exclus, ces situations dramatiques récurrentes ne sont pas une fatalité et peuvent être évitées. Nous exigeons donc que soient mises en place immédiatement des politiques économiques et environnementales à long terme garantissant en particulier:
- La maîtrise publique et citoyenne de l’eau et sa non privatisation,
- Un reboisement systématique de toutes les zones où sévit la sécheresse,
- Des mesures de très grande ampleur pour la préservation des réserves et l’assainissement des points d’eau.
Tout ceci afin d’offrir une eau potable, accessible à toutes et à tous et gratuite s’agissant du minimum vital nécessaire à tout être humain (aujourd’hui plus d’un milliard de personnes sur la planète n’ont pas accès à l’eau potable).
Pour y parvenir, Emmaüs Afrique et Emmaüs International sont prêts à s’engager et interpellent l’ensemble de la communauté internationale, l’ONU, l’Union africaine, l’Union européenne, pour que soient appliqués les engagements pris lors des différents sommets internationaux relatifs à l’eau et au développement durable, et pour que soient mis en œuvre des moyens concrets afin que l’Afrique n’ait plus à souffrir du manque d’eau et de la famine. EMMAÜS AFRIQUE
EMMAÜS INTERNATIONAL

Related Posts

Un rapport accablant sur la situation des enfants de la rue marocains à Melilla

18/09/2016

melilla-110Dans l’enclave espagnole, les mineurs étrangers non-accompagnés, en majorité marocains, sont régulièrement maltraités. Une situation tristement connue mais dépeinte cette fois-ci en détail par l’association espagnole Harraga dans un récent rapport. (Ebticar/le Desk)

Les cinéastes marocains et «l’avance sur recettes»

04/04/2004

Des discussions âpres sont engagées depuis le début de l’année sur les changements introduits dans les formules de l’aide accordée au cinéma par l’Etat marocain.

Les femmes du Maroc otages d’un Code pénal machiste

25/03/2013

maroc_code_110

Le Maroc est un pays, qui en principe, consacre l’égalité complète entre ses hommes et ses femmes, selon la dernière Constitution adoptée en juillet 2011. Pourtant, son Code pénal regorge d’articles discriminatoires envers les femmes.